loader

Caly Wood

L’usine des gadgets en bois

Blocs-notes, porte-clés, pendules, montres, proposés par Caly...La Calyté !, valorise le bois local. 

Imaginez, à la place du bloc-notes traditionnel fait en papier, non pas une couverture cartonnée, mais du contre-plaqué. Des blocs-notes recouverts de contre-plaqué. Ce sont-là les œuvres de Cyrille Teukam. Ce jeune chef d’entreprise, à la tête de Caly… La Calyté ! utilise le bois pour produire divers objets : porte-clés, meubles, montres, gadgets, etc. Une vocation qu’il a cultivée à force d’observer. En effet, après l’obtention de son Baccalauréat en électronique en 2001, Cyrille Teukam fait la connaissance de Mathias Tongue qui,à l’aide des chutes de bois, confectionne des jouets pour enfants. Il se procure alors « la scie à chantonner », l’appareil utilisé pour la confection desdits jouets. 

C’est avec cette machine qu’il apprendra à travailler le bois et à en ressortir différents objets. Une fois la technique intégrée, il s’installe à son propre compte et produit des gadgets en bois qu’il commercialise sous la marque Caly Wood. L’établissement  de Cyrille Teukam ne cesse de surprendre les clients, captivés par le travail réalisé par cet artisan. A l’aide du contre-plaqué, il exploite plusieurs essences acquises auprès des distributeurs pour transformeren objets de valeur. Pour la confection des blocs-notes, il utilise quelques formats, une machine à perforer le contre-plaqué et une spirale. Pour une horloge, le bois poli sous plusieurs formes est associé au verre.

Situé au quartier Etoudi à Yaoundé, Caly Wood emploie quatre personnes. Il n’y a pas que le bois qui est utilisée comme matière première dans l’atelier. L’entreprise utilise égalementdu cuir, des troncs de bananiers et des écorces. L’outil de production est composé d’une photocopieuse, une menuiserie, deux ordinateurs et un graveur. 

 Le coût moyen d’un bloc-notes est de 5 000 F. Pour les trousseaux de clés, il faut compter entre 3500 et 4000 F. Le prix d’une pendule oscille entre15000 et 20 000 F. Dans la liste des articles figurent, des trophées, vendus entre 15 000 F et  80 000 F. Pour les férus de vin, des coffres en bois leurs sont proposés au prix de 15 000 F.
« 80 % des articles vendues sont réalisés sur commande et 20% sont réservés à l’exposition locale », explique Cyrille Teukam. 

Pour l’heure, la production à large échelle n’est pas envisagée. « Le nombre d’employés et les moyens financiers sont insuffisants pour me permettre de fabriquer à grande
échelle », confie le chef d’entreprise. 14 ans après la création de Caly Wood, plusieurs autres marques sont nées : Holorgiz, Wine, Bihenri…La marque Caly cacao sera lancée cette année promet le promotteur.  

 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...