loader

Prospective

Des atouts naturels à capitaliser

Qu’il s’agisse du riz, du poisson ou d’huiles végétales raffinées, les importations massives enregistrées ces dernières années prennent du volume. Et lorsque la fraude et la contrefaçon s’en mêlent, l’industrie locale broie du noir. Au regard de la capacité locale de la production d’huiles végétales raffinées, les industriels s’accordent à dire que le Cameroun n’a pas besoin de recourir à l’importation pour satisfaire la demande nationale. En prenant le poisson (maquereaux, bars et capitaines et autres), un des aliments préférés des Camerounais, les importations étaient de 101 119 tonnes en 2013. Soit une valeur de 68,6 milliards de F. La production locale qui est de 180 000 tonnes ne satisfait plus les besoins de la population nationale. La demande étant de 400 000 tonnes. En ce qui concerne le riz, les importations ne cessent d’augmenter. La production locale tourne autour de 100 000 tonnes. Alors que les besoins sont estimés à plus de 400 000 tonnes. En 2013, les importations ont atteint le pic de 552 000 tonnes, pour un montant de 156,6 milliards de F.  Ces importations nous coûtent très chères. Et le Cameroun ne saurait s’offrir le luxe de laisser sortir continuellement tant de devises, et compromettre ainsi des milliers d’emplois qui pourraient être protégés ou créés dans les différents secteurs concernés. Parce que les filières riz, poisson et huiles végétales raffinées, mieux structurées, pourraient, sans nul doute, générer plus de richesse et employer plus de personnes. Et ainsi réduire le chômage des jeunes.

Le renforcement des dispositifs de surveillance de notre espace commercial pourrait contribuer de manière significative à réduire l’approvisionnement et la commercialisation des produits frauduleux et contrefaits sur le marché national. L’accélération de l’agriculture de seconde génération à travers la modernisation de l’outil de production et la facilitation de l’accès à la terre pourrait aussi constituer une piste de relance de l’industrie locale. L’intensification de la pêche industrielle et le développement de la pisciculture pourrait également contribuer à résorber le déficit de la production. Il n’est pas superflu de s’inspirer d’ailleurs des exemples des pays de l’Asie du sud-est tels que le Pakistan, l’Indonésie ou des pays africains comme le Sénégal  qui ont réussi à produire du riz en grande quantité. Lequel inonde nos marchés. Nous disposons de terres arables à travers les quatre aires agro-écologiques du pays. Enfin, la position naturelle du Cameroun, avec l’ouverture sur la mer et l’existence de plusieurs fleuves, rivières, barrages et autres retenues constitue un atoutsà capitaliser pour doubler notre production halieutique. 

 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...