loader

« Nous fournissons des recettes pour cuisiner »

Rofur Tchifu Mbunkur, promoteur d’Ufa Snails.

Quels avantages offre la viande d’escargot qui trouve sur le marché les traditionnels bœuf, poulet et porc ?

Les escargots sont réputés pour fournir plus de fer et du calcium. Ils n’ont pas de graisse. C’est une meilleure source de protéines. De ce point de vue, ils sont préférables aux autres viandes que vous avez citées. En plus, ils sont délicieux. C’est par ailleurs un animal dont l’élevage respecte et préserve davantage l’environnement. Il n’y a pas de bruit, pas beaucoup de déchets. Une ferme pour escargots occupe moins d’espace que les autres et consomme bien moins d’énergie encore. Même leurs déchets ne sentent pas mauvais et peuvent être utilisés comme fertilisants. Ils sont de bonne qualité d’ailleurs.

Pourquoi donc n’est-il pas plus consommé ?

Il y a une réputation défavorable parce que certaines récoltes d’escargots se faisaient en ville près des lieux d’aisance. Il s’agit pourtant d’une source d’alimentation qui est produite proprement. L’autre problème vient de ce que les escargots ne font pas partie de la culture culinaire générale. Sauf si je me trompe, il n’y a que dans la Manyu qu’il existe un plat composé avec des escargots. Cela n’a pas favorisé l’essor d’activités d’élevage des escargots.

Qu’est-ce qui peut être fait pour changer les habitudes de consommation et vendre davantage votre production?

C’est une situation qui est en train de changer avec l’éducation et l’information des gens. Nous avons commencé à fournir à nos clients et consommateurs potentiels des recettes et des conseils pour les aider à apprêter et diversifier les possibilités de manger des escargots. Il y a beaucoup de méconnaissance à ce sujet en effet, alors que nos fiches d’indication proposent des soupes épicées, des gâteaux de graine de courge, etc. On échange beaucoup avec nos clients qui eux aussi suggèrent des découvertes qu’ils font en cuisinant. Cependant, le gouvernement pourrait penser à trouver des fonds pour encourager avec des prêts adaptés, cette filière. Il faut plus d’investissements dans le secteur en effet. Je dirais même qu’il en faut de très grands, à hauteur de milliards de francs. Si on veut faire des fermes capables de produire de grandes quantités et exporter au besoin. Le Nigeria voisin a commencé à le faire. Nous comptons d’ailleurs essayer de nouvelles espèces qui produisent plus de chair. En attendant, nous essayons de développer notre réseau de distribution, via les supermarchés et les restaurants.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire