loader

« Le prix du gravier a connu une décote »

Daniel Dicoum, directeur général du groupe Le Gravier Sarl.

Quelle est la conjoncture actuelle du marché du gravier ? Avec la perspective de la CAN 2019 et d’autres projets structurants, le pays est en grand chantier. Ajouter à cela les chantiers des particuliers. Théoriquement, les acteurs de la filière devraient profiter de cette excellente opportunité. On en déduit donc que le gravier se vend au prix fort... Il faut déjà relever que les nationaux qui opèrent dans la filière ne sont pas toujours associés aux travaux puisque les entreprises (de BTP, ndlr) ont tendance à mettre sur pied leur propre unité d’extraction. Donc il arrive que nous produisions sans carnet de commandes pour écouler cette production. Les prix sur le marché sont le résultat du dumping des carrières des multinationales chinoises qui nous livrent une concurrence que je qualifierai de déloyale tant sur la qualité que sur les prix. Toutefois, il n’y a pas une harmonie des prix car nous sommes une économie libérale. Depuis le 1er avril nous proposons du gravier à un prix moyen de 8500 F la tonne. Il s’agit d’une grande décote par rapport au prix pratiqué il y’a quelques années où la tonne de gravier coûtait 17500F. Comment vous adaptez-vous à cette nouvelle donne ? Face à la chute des cours nous avons essayé de nous adapter en diminuant nos effectifs malheureusement. On a essayé de diminuer des charges d’exploitation. Mais il faut de la trésorerie pour acquérir un camion par exemple et donner de la valeur ajoutée au client, pour désintéresser les investisseurs. Le problème majeur des acteurs locaux tient au fait que tout le monde ne bénéficie pas de la loi sur l’incitation à l’investissement de 2013. Il se trouve que ceux qui ont investi avant 2012 ne sont pas bénéficiaires de cette loi comme les multinationales qui ont des avantages fiscaux et douaniers d’où les prix qu’ils pratiquent. Ils ont également une technologie que nous n’avons pas. Nous lançonsun cri de cœur à l’endroit des pouvoirs publics afin de revoir la situation des promoteurs locaux ayant investi avant 2012 pour que nous soyons tous au même niveau. Ce n’est pas du protectionnisme, mais un libéralisme avec égalité de chance pour tous.

Partager cet article

Commentaires

  • avatar
    16months ago

    il n'y a qu'au Cameroun ou le citoyen peut filmer la gloire et le triomphe de l'étranger et applaudir d'impuissance. je possède une concession (de 16 ha + plusieurs autres ha au voisinage) de granit et autres pierres, à Ngambé que je voudrais valoriser mais c'est malheureusement toujours le chinois que j'ai comme interlocuteur or, je trime depuis plus d'un an sans voir un compatriote volontaire pour l'exploitation.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...