loader

« La destination Cameroun est porteuse »

Dr Ariel Ngnitedem, économiste.

Selon vous, pourquoi le Cameroun attire de plus en plus d’investisseurs dans le secteur de la grande distribution ? S’il y a un intérêt dans le secteur de la grande distribution, cela dénote d’un autre facteur, à savoir que les investisseurs pensent que la destination Cameroun est porteuse, mais  surtout, qu’elle le sera davantage à moyen ou long termes. Parmi les facteurs d’attractivité, il y a des facteurs d’ordre institutionnel, avec le président Paul Biya qui se déploie dans le domaine de la diplomatie économique à travers les foras économiques ici et ailleurs. Le deuxième facteur est la stabilité, puisque c’est ce qui permet de parier sur le long terme. L’émergence d’une certaine classe moyenne avec un pouvoir d’achat conséquent constitue le troisième facteur. Les accords de partenariat économique signés par le Cameroun avec l’Union européenne, ne sont pas étrangers à cela. C’est un facteur très important d’attractivité des sociétés européennes en général et de celles qui font dans la distribution en parti-
culier. Il y a aussi la position stratégique du Cameroun en Afrique centrale. Il y a, au-delà du marché camerounais, celui de la sous-région où les consommateurs vont préférer des produits de qualité relativement meilleure à un prix abordable. La prolifération des enseignes tant étrangères que nationales est-elle un indicateur de changement de mode de vie, notamment pour la classe dite moyenne ? En réalité, le mode de vie n’a pas autant changé au Cameroun. Il est davantage influencé par les TIC notamment les réseaux sociaux. C’est vrai que les médias étrangers ont pénétré les foyers camerounais et ont influencésérieusement leur mode de vie. Ce serait tout simplement une évolution normale. Ces médias font en général la promotion des produits étrangers qui sontde meilleure qualité. Et le Camerounais est plus demandeur de la qualité davantage que par le passé. Le seul changement que je peux noter, c’est que les réseaux sociaux ont augmenté ou bien influencé les habitudes de consommation des Camerounais dans le sens de la demande pour une meilleure qualité de service. Les produits proposés sont-ils à la portée du Camerounais moyen ? Le pouvoir d’achat des Camerounais est très faible. Ces entreprises qui s’installent ont fait leur étude de marché et ont certainement cette information. Si elles ont décidé de venir investir, elles vont proposer des produits qui pourront correspondre à ce pouvoir d’achat. Je peux dire sans risque de me tromper queles produits proposés seront de basse gamme mais avec leurs logos, pour que chacun puisse trouver son compte. Toutes ces grandes surfaces promeuvent ou ont l’ambition de promouvoir les produits locaux agricoles ou manufacturés. Qu’est-ce qui expliquecette tendance ? Ces multinationales vont mettre en valeur quelques produits camerounais qui sont compétitifs par rapport aux produits européens. Leur priorité c’est mettre les produits qui passent dans les marchés, c’est-à-dire les produits que les Camerounais pourront acheter. En promouvant les produits  locaux, cela permettra à terme aux entreprises locales de tourner à plein régime et par conséquent, de créer des richesses et des emplois. En donnant de l’emploi aux jeunes, ils vont augmenter le pouvoir d’achat qui créé ce que les anglo-saxons appellent win-win situation, c’est-à-dire gagnant-gagnant. Ce sera salutaire car les commandes des investisseurs vont faire tourner nos usines et contribuerà l’industrialisation. Dans un tout autre registre, il faudrait que les industries locales se mettent à niveau pour proposer sur le marché des produits compétitifs.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...