loader

Edito

Des belles perspectives en 2018

Il y a quelques mois, le top management de la Société de presse et d’éditions du Cameroun (SOPECAM) prenait le pari de ce projet éditorial dont l’objectif est d’éclairer, d’analyser les faits et l’actualité économique, de les porter à votre attention, de célébrer les acteurs de la vie économique de notre pays et au-delà, de mettre en lumière cet esprit créatif, jeune et moins jeune, qui participe de manière édifiante à la vitalité de notre économie… Eh bien, huit mois après, le challenge de la régularité a été relevé. De semaine en semaine, vous avez été nombreux à nous lire, à nous dire votre intérêt et votre attachement à ce projet éditorial. Nous vous en remercions, sans mesure. Et prenons l’engagement de faire plus l’année prochaine, tout en comptant sur votre accompagnement, votre adhésion. 

Au cours de l’année 2017 qui s’achève, de nombreux faits ont marqué l’actualité économique et financière. Les plus significatifs sont, sans nul doute, le Cameroon Investment Forum ayant abouti à la création d’un marché de l’investissement, le dialogue secteur public – secteur privé, structuré autour du Cameroon Business Forum, qui se consolide au fil des éditions, les trois places gagnées par le Cameroun dans le classement Doing Business 2018, la conclusion du programme de réformes économiques et financières avec le FMI, soutenu par la facilité élargie de crédit le 26 juin 2017, l’ouverture du deuxième pont sur le Wouri à la circulation, la livraison des grandes infrastructures de la première génération des projets structurants, la nouvelle dynamique engagée au port de Douala en vue de sa modernisation… L’un des axes annoncés étant, par exemple, l’important projet d’enlèvement des épaves qui faisaient perdre des dizaines de milliards de F à notre économie.  

2018 arrive avec de nombreux défis, parmi lesquels la modernisation amorcée du port de Douala et l’opérationnalisation de celui de Kribi. Qu’il s’agisse de la loi de finances, de la fiscalité, de ce qui est attendu des contribuables, des investissements…, il est constant que des efforts sont à consentir de la part des Camerounais de tout bord, du secteur privé ou public. Chacun est appelé à relever ces défis, avec la même résilience que faisait observer le chef de l’Etat, Paul Biya, lors de l’un de ses discours à la Nation. Et de décupler l’énergie, pour tenir le cap. Si 2017 a été une année marquée par une légère contraction de notre économie (le FMI prévoit une croissance de 4%), les perspectives s’annoncent bonnes en 2018. Le taux de croissance devrait remonter à 4,2%. Des indicateurs font état de ce que l’année 2018 annonce des belles perspectives : les cours du pétrole brut à l’international remontent progressivement, notre armée est en train de gagner la guerre contre Boko Haram, de nombreux projets infrastructurels seront livrés, d’autres lancés... Tandis que ceux liés à la Can 2019 se poursuivent avec la certitude de tenir le pari pris par le premier Camerounais. Bonne lecture et heureuse année 2018.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Une nouvelle matière à base d’élastomères issus du bois sera progressivement introduite dans la composition des pneus de la marque Michelin. Par cette démarche, le manufacturier français souhaite passer à 80 % de contenus durables dans ses nouveaux pneus d’ici 2048. Avec 30 % de matériaux recyclés, dont 50 % de matériaux « biosourcés » et 20 % de matériaux issus de l’industrie pétrochimique. Ce projet repose sur l’utilisation des copeaux de bois issus des déchets de l’industrie du bois. Le pneumaticien français n&rs...


Composed of nearly 50 per cent healthy fats and 30 per cent protein, Egusi is a great dietary supplement that can be a staple in a vegetarian diet. Rich in protein, fat, and vitamins, its benefits can be combined as follows; maintain healthy teeth, maintain healthy bone, helps in smooth digestion, prevents diarrhea and a host of others. In Yaounde like in most parts of the country egusi is an expensive commodity. A measuring glass in Yaounde is sold at FCFA 500. This quantity which usually sells at FCFA 300 cannot be gotten below FCFA 500 at this season. Vendors do not deliberate on its prices as could be done with other commodities.

...


The starchy tuberous root crop once very common, now almost disappearing due to the abusive and unsustainable use of chemicals is not as affordable as before in markets within Yaounde as recounted by buyers. The minimum amount for cocoyam is FCFA 1.000 in the Acacias market which is quite expensive for some house wives. Traders noted the food item is so scarce that even sellers find it hard to locate farmers who can sell in wholesale. A basin of cocoyam ranges from FCFA 10.000 and above. This commodity is used in cooking dishes like ekwang, kwacoco and could also serve as complement to other dishes.

...