loader

Stabilité financière

Un nouveau dispositif pour appuyer les banques

S’il arrive, dans la CEMAC, qu’un établissement de crédit se retrouve à cours de liquidités, sans pouvoir se servir des instruments existants, celui-ci peut faire recours au nouveau dispositif d’apport de liquidité d’urgence mis en place par la BEAC. A la seule condition que l’établissement soit solvable et rentable. Le cadre général de ce nouveau mécanisme de soutien aux banques de la sous-région a été adopté par le Comité de politique monétaire de la BEAC réuni le 19 décembre à Yaoundé. Il reviendra à la Commission bancaire de l’Afrique centrale (COBAC) de s’assurer que la banque concernée n’a pas de problème viabilité à long terme et que son besoin de liquidités est bel et bien ponctuel. La Banque centrale quant à elle, vérifiera qu’il s’agit effectivement de la situation de la banque tout en évaluant les effets de contagion possible soit sur la place bancaire locale, soit au niveau de la sous-région et pourra alors intervenir sur une période très courte. 

Ce mécanisme prévoit également un accord spécifique avec la banque, plus contraignant, qui vise des aspects ayant trait à la gouvernance de l’établissement, ses engagements, de même qu’un reporting très fréquent. Des missions de contrôle et d’inspection sont également prévues. Par ailleurs, la Banque centrale peut prescrire comme directive, la non-distribution des bénéfices le temps qu’elle règle son problème de liquidités. Le président du conseil d’administration de la banque devra signer un accord qui aura été préalablement approuvé par les organes de la Banque centrale avec ladite banque. L’objectif recherché est de préserver la stabilité financière dans la sous-région. Les établissements de microfinance ne sont pas concernés par ce nouveau mécanisme. A terme, le souhait de la BEAC est que les banques puissent s’en passer.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...