loader

Viande de bœuf : 1600 F le kilogramme à Ngaoundéré

Les prix homologués oscillent entre 1500 et 2000 F.

Malgré l’arrivée des fêtes de fin d’année et du Nouvel an, le prix de la viande de bœuf reste inchangé et garde sa stabilité sur les étals, points de vente et les marchés de la ville de Ngaoundéré. Les acteurs du secteur à l’instar des bouchers et des bouviers ont eu un conclave en 2015 avec la délégation régionale du ministère du Commerce (Mincommerce) de l’Adamaoua. Lequel a abouti au maintien du prix du kilogramme de la viande de bœuf sans os à 2000 F et à 1600 F avec os. Depuis lors, le prix stagne. A la boucherie centrale du grand marché et chez les vendeurs du petit marché de Ngaoundéré, les prix sont les mêmes. Sur certains points de vente néanmoins, les prix sont discutables, avouent clients et bouchers. « Mon fournisseur me fait le kg sans os à 1800 F et il n’est pas le seul à nous vendre à ce prix », confie Sylvie, une restauratrice venue faire ses emplettes. 

Toutefois, au point de vente du Mincommerce à Ngaoundéré, les consommateurs peuvent s’offrir le kilogramme de viande de bœuf sans os à 1900 F tandis que celui avec os se vend à 1500 F. Une action qui vise à lutter contre la vie chère en cette période des fêtes. Depuis deux ans, le prix de bœuf a dégringolé. « Le bœuf coûte moins cher sur nos marchés, et l’offre est supérieure à la demande. De nos jours, un bœuf d’une valeur de 500 000 F ne vaut que la moitié de son prix, voire moins. Cette situation favorise plutôt les bouchers », indique Bobbo Mamoudou, bouvier à Ngaoundéré. Selon des informations glanées auprès des groupements d’ éleveurs du département de la Vina, plusieurs raisons expliquent cette baisse du prix du bétail qui a contraint les bouchers à leur tour, à baisser le prix du kilogramme. Il s’agit entre autre de l’insécurité transfrontalière ayant entrainée l’afflux du bétail étranger en provenance du Tchad, du Soudan et de la RCA, le changement d’activité des éleveurs lié à la récurrence du phénomène de prise d’otages avec demande de rançons et autres. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...