loader

Poulet : Légère hausse des prix à Bafoussam

Pour la volaille de 45 jours, il faut débourser en moyenne 300 F de plus que l’année dernière. Toute

« Marché Casablanca » de Bafoussam ce vendredi 15 décembre 2017. Ce n’est encore la grande affluence au bloc de commercialisation de la volaille. Les vendeurs, spontanément, « draguent » les rares et potentiels clients qui sont de passage, en leurs présentant différents poulets, exposés dans les corbeilles ou dans les salles-comptoirs. Selon Mitterrand Choupo qui se présente comme un éleveur et revendeur de poulets, les aviculteurs ont les quantités suffisantes et n’attendent que les acheteurs. « Beaucoup d’éleveurs ont les poulets dans leurs fermes. Ils attendent juste que les clients commencent à affluer au marché pour les sortir », affirme ce dernier qui estime déjà à plusieurs centaines de milliers, les quantités actuellement disponibles au marché. 

Hermine Magne, venue acheter en avance son poulet avant la période de forte affluence, déplore de son côté les prix qui sont en hausse. Les poulets de 45 jours dont le prix variait entre 2 000 Fcfa et 2 500 Fcfa à la même période l’année dernière, coûtent actuellement 2 800 Fcfa, voire 3 000 Fcfa à certains endroits. Les poulets de chair de 60 jours et plus vont de 4 500 F jusqu’à plus de 7 000 F. Ce qui déconcerte quelque peu les acheteurs. Selon Rodrigue M., revendeur, les prix qu’ils proposent varient en fonction du prix d’achat. « Avant la grippe aviaire, les éleveurs venaient ici nous livrer leurs poulets à des prix standards. Maintenant, ils nous invitent dans leurs poulaillers et nous proposent leurs prix. Par conséquent, non seulement le prix d’achat a augmenté, mais en plus, nous devons supporter les frais de transport ». 

Les aviculteurs, tout en affirmant avoir suffisamment de poulets en stocks, rappellent qu’avec les séquelles de l’épizootie de la grippe aviaire, le coût de l’élevage a augmenté cette année. « Le poussin d’un jour qui coûtait 450 Fcfa l’année dernière, nous l’avons acheté entre 600 et même 850 F pour certains. Le prix des intrants était aussi en hausse», rappelle Rodrigue M.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...