loader

Exploitation minière : Comment mieux impliquer les maires

Ils viennent d’être outillés à Batouri, sur leur rôle, dans l’exploitation minière, profitable à leu

Pour une exploitation minière saine et bénéfique à l’Etat, les maires ont désormais leur mot à dire. La nouvelle loi portant Code minier, promulguée le 14 décembre 2016, accorde en effet une place de choix aux collectivités territoriales décentralisées (CTD) avec désormais, ce qu’on appelle le contenu local. Si leur implication et leur responsabilité étaient jusque-là méconnues, les maires de la région de l’Est sont désormais en première ligne. Une partie du pays d’ailleurs connue pour ses richesses minières, notamment l’or, le diamant, le fer, le nickel, le cobalt, le manganèse… Le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt), Ernest Gbwaboubou tient à ce que le secteur de l’exploitation minière soit assaini, profitable à l’Etat et aux municipalités. 

C’est le sens à donner à l’atelier de formation organisé récemment à Batouri en partenariat avec le bureau régional de l’association Communes et viles unies du Cameroun (CVUC). L’atelier avait pour thème : « Les collectivités territoriales décentralisées de la région de l’Est face aux enjeux d’un développement durable du secteur minier ».

Au bout des échanges, les maires ont été mis face à leurs responsabilités dans cette dynamique de réformes. Ce qui implique d’ores et déjà le changement de mentalités, tel que l’a précisé le ministre Gbwaboubou. Ce dernier a suggéré aux édiles de créer sans plus tarder, des coopératives minières. Ceci pour contribuer à mettre un terme à l’anarchie constatée jusqu’ici dans cette filière à l’Est. Les assises de Batouri se tenaient  quelques jours seulement après un incident survenu à Bétaré-Oya entre exploitants et populations locales. A ce conflit, s’ajoutent bien d’autres problèmes survenus sur des sites d’exploitation, du fait d’éboulements dus à la non restauration du sol par les exploitants. Un phénomène récurrent, qui va jusqu’à polluer également les eaux de la Kadey. Le ministre a annoncé dans la foulée, la suspension des autorisations. Dans leur déclaration commune, les maires ont exhorté le gouvernement à signer les textes d’application des lois qui encadrent la filière.

 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...