loader

Keitt, Kent et Maya : Trois variétés de mangues à fort potentiel

Grâce à la coopération israélienne et allemande, ces espèces favorables à toutes les zones agro-écol

Keitt, Kent et Maya. Trois variétés de manguiers à haut rendement. Parmi elles, une vedette, la variété Maya, qui n’existe pas encore au Cameroun, de l’avis de Zéphirin Fokem, ingénieur agronome. Des mangues de bonne qualité, en quantité pour une production étalée sur toute l’année sans arrêt. Des plants adaptés à toutes les zones agro-écologiques du Cameroun. Des techniques de production qui se rapprochent de celle des cacaoyers, avec le respect d’un espacement strict. Zéphirin Fokem, l’ingénieur, spécialiste de la reproduction végétale, responsable de la pépinière «de la coopération» ne quitte pas une minute du regard les bourgeons de manguier dont il prend soin. Ce 7 décembre, comme tous les jours, l’ingénieur procède au greffage des manguiers dans un coin de l’Ecole pratique d’agriculture de Binguela (EPAB). « J’ai déjà réussi mon millième croisement. Il m’en reste cinq mille autres », se félicite-t-il. 

Fruit de la coopération allemande et israélienne, un projet de vulgarisation de nouvelles variétés de mangues à haut rendement qui s’étale sur trois ans (2017-2019) est en cours d’implémentation au sein de l’école. C’est un challenge que doit relever l’EPAB. Depuis bientôt un an, en effet, les enseignants de cette école d’agriculture, avec des techniciens israéliens, procèdent à la multiplication des plants qui devront ravitailler les vergers du pays. Ce projet vise à diffuser environ 12 000 plants pour dans sa première phase. Actuellement, plus de 6000 plants sont en cours de greffage à l’EPAB et 6000 autres dans une annexe de l’Ecole, dans la région de l’Est.

Grâce à Mashav, le bras séculier de la coopération internationale israélienne, apporte la technologie et le matériel végétal. La GIZ, organisation de la coopération allemande quant à elle, accorde le financement à l’activité. L’EPAB, elle, implémente le projet. A en croire ses promoteurs, les trois variétés de mangue produiront près de 80 tonnes de mangues à l’hectare. Grâce à l’écartement de trois mètres conseillés par les techniciens israéliens, environ 665 manguiers pourront être plantés par hectare. Selon la variété, sa forme sera circulaire, ovale ou légèrement arquée. Le fruit peut varier en dimension:
de la taille d’une prune à celle d’un melon. La couleur peut aussi varier : vert, vert jaunâtre, orange, rouge. Ces mangues pourraient peser 300 grammes. Le projet ambitionne de relever la production nationale.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire