loader

Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (CSPH) : Okie Johnson Ndoh prend les rênes

Le nouveau directeur de la structure et son adjoint, Mme veuve Moampea Mbio ont été nommés à ces pos

C’est un Okie Johnson Ndoh enthousiaste mais réservé qui a accepté de confier ses premières émotions à la presse nationale au soir du 11 décembre dernier, date à laquelle le président de la République, Paul Biya, l’a porté à la tête de la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (CSPH). L’homme s’en est remis à Dieu, afin, a-t-il affirmé, qu’il lui donne la sagesse pour assurer les nouvelles missions que sa très haute hiérarchie lui confère. Le nouveau promu, originaire du Kupe-Manenguba, dans la région du Sud-Ouest, embrasse ses nouvelles responsabilités après une carrière dans l’administration publique où il a occupé les fonctions de conseiller technique n°1 au Contrôle Supérieur de l’Etat et a été directeur des affaires générales au ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative (MINFOPRA). C’est un tout nouveau vent qui souffle sur la CSPH avec la signature des décrets n°2017/599 et n°2017/600 portant respectivement nomination du directeur et du directeur adjoint de la structure le 11 décembre dernier. Madame Manzoua Véronique, veuve Moampea Mbio, devient le directeur adjoint de la structure, elle qui occupait jusqu’alors les fonctions de chef de service de l’exploitation pétrolière. 

La CSPH a pour mission de réguler les prix des hydrocarbures sur l’ensemble du territoire national au travers de la prise en charge partielle ou totale des augmentations des prix desdits produits dans la mesure de ses disponibilités financières. Elle participe également à toutes les opérations visant la maîtrise de la politique énergétique nationale. Cette participation se traduit aussi bien dans les domaines de l’exploration, de la production, du raffinage que de la distribution des hydrocarbures. Depuis la libéralisation du secteur pétrolier aval en 1998, la structure assure l’approvisionnement des hydrocarbures sur l’ensemble du territoire national par la régulation des stocks et des prix. La structure s’occupe de la protection du consommateur à travers deux mécanismes que sont la stabilisation et la péréquation. Parmi ses autres obligations, et pas des moindres, figure l’arbitrage visant à maintenir une saine concurrence entre les opérateurs du secteur. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...