loader

Peaux et cuirs : Une fédération d’entrepreneurs mise sur pied

Elle a été constituée à l’initiative du Comité de compétitivité des filières de croissance pour favo

L a filière peaux et cuir est à la traîne dans la région du Centre. Les artisans et opérateurs économiques de ce secteur d’activité font face à la rareté de la matière première (peaux), des intrants et des outils de production. Les unités de transformation utilisent encore des techniques de production rudimentaires. Ce qui a une incidence directe sur la qualité et le coût du produit final. En plus, le marché du cuir n’est pas organisé comme le souhaitent les pouvoirs publics. Constat dressé le 21 novembre dernier à Yaoundé par les responsables du Comité de compétitivité, les artisans et les opérateurs économiques de la filière dans la région du Centre.  Pour inverser la tendance, le gouvernement s’attèle à organiser les acteurs de la filière. A l’initiative du Comité de compétitivité, des unités de transformation locales de peaux en cuir sont mises sur pied. La plus récente est la fédération des entreprises opérant dans la filière. Elle a été mise sur pied le 21 novembre dernier à Yaoundé. De l’avis de Lucien Sanzouango, secrétaire permanent du Comité de compétitivité des filières de croissance, « il s’agit de leur montrer qu’ils gagneraient davantage à transformer localement les peaux et cuirs ».  Les pouvoirs publics entendent ainsi soutenir les opérateurs de la filière afin d’améliorer leurs capacités de production. L’objectif est de développer l’industrialisation et la transformation dans cette filière. A ce jour, le potentiel de la filière est énorme. Selon les données du MINEPAT, 20 335 peaux et 85 528 objets de cuirs sont produits et commercialisés par an. « Des chiffres qui peuvent être boostés si les acteurs sont bien structurés », reconnaît Mohamadou Nassourou, maroquinier à Yaoundé. Dans les stratégies qui se mettent en place, les acteurs des filières peaux et cuirs devront être bien organisés. Aussi, les abattoirs modernes et frigorifiques qui se mettent en place vont permettre la relance de l’activité dans la filière. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Une nouvelle matière à base d’élastomères issus du bois sera progressivement introduite dans la composition des pneus de la marque Michelin. Par cette démarche, le manufacturier français souhaite passer à 80 % de contenus durables dans ses nouveaux pneus d’ici 2048. Avec 30 % de matériaux recyclés, dont 50 % de matériaux « biosourcés » et 20 % de matériaux issus de l’industrie pétrochimique. Ce projet repose sur l’utilisation des copeaux de bois issus des déchets de l’industrie du bois. Le pneumaticien français n&rs...


Composed of nearly 50 per cent healthy fats and 30 per cent protein, Egusi is a great dietary supplement that can be a staple in a vegetarian diet. Rich in protein, fat, and vitamins, its benefits can be combined as follows; maintain healthy teeth, maintain healthy bone, helps in smooth digestion, prevents diarrhea and a host of others. In Yaounde like in most parts of the country egusi is an expensive commodity. A measuring glass in Yaounde is sold at FCFA 500. This quantity which usually sells at FCFA 300 cannot be gotten below FCFA 500 at this season. Vendors do not deliberate on its prices as could be done with other commodities.

...


The starchy tuberous root crop once very common, now almost disappearing due to the abusive and unsustainable use of chemicals is not as affordable as before in markets within Yaounde as recounted by buyers. The minimum amount for cocoyam is FCFA 1.000 in the Acacias market which is quite expensive for some house wives. Traders noted the food item is so scarce that even sellers find it hard to locate farmers who can sell in wholesale. A basin of cocoyam ranges from FCFA 10.000 and above. This commodity is used in cooking dishes like ekwang, kwacoco and could also serve as complement to other dishes.

...