Une mine d’or

De nombreuses entreprises se positionnent de plus en plus dans la collecte et la transformation des

1 33 tonnes de déchets  plastiques. C’est le volume exact de matières  souplescollectées dans les  villes de Yaoundé et Douala en  2008. Ces statistiques sontdu  Centre international de promotion  et de la récupération (CIPRE).  En avril dernier, plus d’une dizaine de tonnes de déchets  plastiques ont été collectées  par cette structure dans les  ménages de la ville de Douala,  pour assainir les cours d’eaux. Les déchets plastiques existent  sous plusieurs formes : les déchets recyclables que sont les  plastiques, les bouteilles, les  verres, les papiers cartons et  les métaux ;les déchets non  recyclables :les emballages  sales, le polystyrène, les films  en plastique et les déchets  spéciaux à l’instar de ceux  qui présentent un danger sur  l’environnement et la santé.  Au Cameroun, des initiatives  nationales sont mises sur pied  pour donner une seconde vie  aux déchets plastiques. Plusieurs  entreprises ont flairé le filon. La  fondation cœur d’Afrique qui  recycle des déchets plastiques  pour en faire des pavés écolos, des tuiles. Plast-cam situé  à Douala transforme ces déchets  pour fabriquer les bassines, les  cuillères, les verres, les plats  etc. Dans la ville, de Yaoundé  l’entreprise Namé recycling a  été inaugurée le 16 juin 2017  pour recycler les bouteilles  plastiques. Les estimations du  ministère de l’Environnement  de la protection de la nature  et du développement durable  démontrent que le camerounais vivant dans les villes de  Yaoundé et de Douala produit  environ 0,8 kg de déchets et  par jour. Les déchets issus de  l’utilisation du plastique sont  estimés à environ 10% par an.  Pour une bonne gestion des  déchets plastiques, la règle de  trois « R » est appliquée par les  entreprises : réduire, recycler,  et réutiliser. Le but final étant la  création des richesses à travers  la valorisation des déchets en  produits réutilisables. Sur le plan  environnemental, on parle de  l’amélioration de la qualité de  l’air, la baisse de la pollution et  sur le plan socio-sanitaire, il y  aura entre autres une réduction  des maladies hydriques.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Du marché de l’emploi au Cameroun, on a souvent coutume de dire qu’il est caractérisé par un taux de chômage plus ou moins considérable. A l’observation, on a cependant noté ces dernières années des progrès, avec de la part du gouvernement, une ferme volonté de résorber le problème du chômage des jeunes et de prendre à bras le corps cette question, inscrite au cœur même de la stratégie du développement économique de la Nation. Un certain nombre de politiques, programmes et actions ont été mis en œuvre à cet effet. 25 ...


The Livestock Development Project (PRODEL) and some financial institutions (11 micro finance establishments and two commercial banks) have taken engagements to take livestock development to a higher level in the country. PRODEL, a World Bank sponsored project to the tune of 100 million USD (circa FCFA 60 billion) is set to improve productivity of livestock and agro-pastoral production systems, processing and commercialisation of the products. The project, ‘Cameroon Business Today’ learnt, targets some 120,000 households consisting of pastoralists, producers’ organizations and their families, private small and medium-sized enterprises, those involve in livestock value cha...


Le Cameroun recourt de plus en plus à l’émiss...