loader

La ruée vers les PME

A ce jour, 311 projets ont été financés au Cameroun pour un montant de quatre milliards de F par la

L a Société islamique pour le  développement du secteur  privé (SID), branche de  la Banque islamique de  développement (BID), a braqué tous ses projecteurs sur  le  financement  des  PME.  Au  Cameroun, et à ce jour, l’institution a procédé au financement  de 311 projets pour une valeur  totale de quatre milliards de F.  Dans la même lancée, Afriland  First Bank qui a signé avec elle  en 2012 un partenariat pour la  promotion des produits bancaires islamiques se spécialise,  via son guichet islamique, sur la  fourniture de crédits aux PME  locales. C’est dans ce cadre que  la fenêtre islamique de ladite  banque a financé à hauteur de  20 milliards de F, des projets de  PME et PMI (90% des crédits)  et des activités liées au petit  commerce (10%). Mais les deux  institutions veulent faire plus  au vu des financements encore  disponibles.  C’est dire que la finance islamique, est en opération de  charme au Cameroun et en  Afrique centrale. Ainsi, les 23  et 24 novembre dernier, la SID  a organisé à Yaoundé un colloque international consacré à la  finance islamique pour la zone  Afrique centrale. L’objectif de  cet évènement, deuxième du  genre en Afrique subsaharienne,  après celui tenu en 2016 en Côte  d’Ivoire, était de sensibiliser les  particuliers, les investisseurs,  les entrepreneurs à explorer  les opportunités de la finance  islamique, finance fondée sur  les principes de la charia.  Microfinance L’autre challenge de la finance  islamique est de booster le développement d’une microfinance  qui lui est propre. Et le paysage  économique camerounais s’y  prête puisqu’entre 2006 et 2010,  un projet pilote de microfinance  selon les modes de financement  islamique, a apporté 519 appuis  aux micro-entreprises et PME  dans les trois régions septentrionales du Cameroun. Il s’agit  du « Projet microfinance Nord  Cameroun (PMNC) », financé à  hauteur de 600 millions de F par  la BID et qui a principalement  touché les acteurs du secteur  agropastoral. Après cette phase  pilote, des négociations ont été  initiées en début d’année entre  le gouvernement camerounais  et la BID pour le lancement de  la phase II. Cette fois, le projet  en cours d’implémentation va  toucher les 10 régions du pays  et sera dénommé « Projet microfinance Cameroun ». Pour  cela, il faudra mobiliser près de  15 milliards de F pour soutenir  l’accès des TPE et PME aux financements. Le Cameroun est  membre de la BID depuis sa  création en 1975 et est le premier pays à avoir bénéficié des  fonds de l’institution pour la  construction du barrage de  Song-Loulou.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Une nouvelle matière à base d’élastomères issus du bois sera progressivement introduite dans la composition des pneus de la marque Michelin. Par cette démarche, le manufacturier français souhaite passer à 80 % de contenus durables dans ses nouveaux pneus d’ici 2048. Avec 30 % de matériaux recyclés, dont 50 % de matériaux « biosourcés » et 20 % de matériaux issus de l’industrie pétrochimique. Ce projet repose sur l’utilisation des copeaux de bois issus des déchets de l’industrie du bois. Le pneumaticien français n&rs...


Composed of nearly 50 per cent healthy fats and 30 per cent protein, Egusi is a great dietary supplement that can be a staple in a vegetarian diet. Rich in protein, fat, and vitamins, its benefits can be combined as follows; maintain healthy teeth, maintain healthy bone, helps in smooth digestion, prevents diarrhea and a host of others. In Yaounde like in most parts of the country egusi is an expensive commodity. A measuring glass in Yaounde is sold at FCFA 500. This quantity which usually sells at FCFA 300 cannot be gotten below FCFA 500 at this season. Vendors do not deliberate on its prices as could be done with other commodities.

...


The starchy tuberous root crop once very common, now almost disappearing due to the abusive and unsustainable use of chemicals is not as affordable as before in markets within Yaounde as recounted by buyers. The minimum amount for cocoyam is FCFA 1.000 in the Acacias market which is quite expensive for some house wives. Traders noted the food item is so scarce that even sellers find it hard to locate farmers who can sell in wholesale. A basin of cocoyam ranges from FCFA 10.000 and above. This commodity is used in cooking dishes like ekwang, kwacoco and could also serve as complement to other dishes.

...