« Il manque des producteurs de matière première »

Jean-Pierre Fotso, promoteur d’Emopeinture.

Quelles sont, selon vous,  les qualités d’une bonne  peinture ? Les qualités d’une bonne  peinture sont une bonne  adhésion couplée à une  bonne couvrance de la surface peinte. Cette produit doit  respecter la norme qui veut  qu’une peinture doit couvrir  un certain nombre de m² par  kilogramme et doit résister  aux intempéries telles que  le soleil et la pluie. Nous faisons un effort pour respecter  cela et c’est ce qui fait notre  particularité vis-à-vis de nos  concurrents. Il est primordial de proposer un produit  professionnel, de qualité. Je  puis dire que tous ceux qui  travaillent avec nous se distinguent sur le marché par  la qualité de leurs produits. Quels sont vos principaux  clients et comment se déroule l’écoulement de vos  produits ? Nos principaux clients sont  les menuisiers et les peintres.  Principalement les peintres  parce que si un particulier veut  peindre sa maison, il lui faudra  passer par un professionnel  de la peinture qui le conseillera sur le type de produit à  utiliser. C’est ainsi que ces  peintres se tournent vers  nous et nous leur proposons  le produit qu’il leur faut, en  fonction de leur commande.  Mais il m’arrive de m’occuper  directement des chantiers  de particuliers. C’est dans  ce cadre que je forme des  jeunes en leur présentant les  différents types de peintures  et leur application.  Comment vous ravitaillez-vous en matières  premières ? La fabrication de la peinture  à eau nécessite des matières  premières comme la résine,  les charges, le pigment et  l’eau. Celles que nous utilisons nous proviennent d’un  peu partout dans le monde,  principalement de France, de  Tunisie, du Liban et quelques  produits d’origine chinoise.  Cela alourdit nos coûts de  production parce qu’en prenant un produit comme le  carbonate de calcium qui  entre à plus de 40% dans la  fabrication dans nos peintures n’est pas disponible  au plan local. Pourtant on  peut l’obtenir au Cameroun  en traitant le calcaire, mais  cela nécessite des moyens  et des outils. Il manque donc  des producteurs de matière  première, notamment de  carbonate de calcium pour  nous ravitailler parce que  nous ne pouvons pas à la  fois produire et transformer.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Du marché de l’emploi au Cameroun, on a souvent coutume de dire qu’il est caractérisé par un taux de chômage plus ou moins considérable. A l’observation, on a cependant noté ces dernières années des progrès, avec de la part du gouvernement, une ferme volonté de résorber le problème du chômage des jeunes et de prendre à bras le corps cette question, inscrite au cœur même de la stratégie du développement économique de la Nation. Un certain nombre de politiques, programmes et actions ont été mis en œuvre à cet effet. 25 ...


The Livestock Development Project (PRODEL) and some financial institutions (11 micro finance establishments and two commercial banks) have taken engagements to take livestock development to a higher level in the country. PRODEL, a World Bank sponsored project to the tune of 100 million USD (circa FCFA 60 billion) is set to improve productivity of livestock and agro-pastoral production systems, processing and commercialisation of the products. The project, ‘Cameroon Business Today’ learnt, targets some 120,000 households consisting of pastoralists, producers’ organizations and their families, private small and medium-sized enterprises, those involve in livestock value cha...


Le Cameroun recourt de plus en plus à l’émiss...