loader

Micro-assurance : Ce qu’il faut savoir

Le mécanisme mis en place en 2012 par la CIMA vise à promouvoir un meilleur accès des populations à

D’après l’article 700 du Règlement N°003 du 5 avril 2012 portant réglementation des opérations de micro-assurance dans les Etats membres de la Conférence interafricaine des marchés d’assurances (CIMA), la micro-assurance désigne « un mécanisme d’assurance caractérisé principalement par la faiblesse des primes et/ou des capitaux assurés, par la simplicité de la couverture, des formalités de souscription, de gestion des contrats, de déclaration des sinistres et d’indemnisation des victimes ». Aux dires du Pr Yvette Rachel Kalieu Elongo, enseignante de droit privé à l’université de Dschang, la micro-assurance est une forme particulière d’assurance « destinée surtout à protéger les populations à faible  revenu, autrement dit celles qui ne seraient pas à même de souscrire des contrats d’assurance classique ».  Elle couvre les diverses branches d’assurance vie et non-vie. Au titre de l’assurance non-vie, sont concernés : la maladie, les pertes de récoltes et de bétail, les accidents, la maladie…Au titre de l’assurance vie, elle couvre la vie, l’épargne, le décès et la capitalisation. « Par contre, elle ne couvre pas les assurances de responsabilité et surtout l’assurance des véhicules terrestres à moteur », soutient l’universitaire. Par ailleurs, la micro-assurance peut être souscrite aussi bien par les personnes physiques, les personnes morales (dans le cadre d’une assurance groupe) que par les communautés de personnes présentant des caractères identiques mais n’ayant pas de personnalité morale.  Cinq ans après l’adoption du Règlement sur la micro-assurance, le Pr Kalieu déplore le fait que l’offre des contrats de micro-assurance dans les 14 Etats membres de la CIMA, soit encore faible. Selon un rapport publié en juin 2011 par le groupe Development International Desjardins, le taux de pénétration de la micro-assurance sur le continent africain était faible. A peine 2,6% de la population cible (constituée de 32 pays) était couverte. Or, selon le rapport annuel 2012 des sociétés d’assurances camerounaises, 10 à 20% des 154 milliards de F de chiffre d’affaires annuel réalisé par 23 compagnies actives au Cameroun, provenaient de la micro-assurance. Un filon à capitaliser en somme.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...