loader

PROSPECTVE

Un danger pour les consommateurs

On ne le dira jamais assez, la vente libre et le trafic de médicaments de contrebande constituent, à la fois, un danger pour la santé des consommateurs et une menace pour l’industrie pharmaceutique locale. Les dégâts économiques et sanitaires sont énormes. Le manque à gagner pour l’économie du secteur est inestimable. Les pharmaciens qui n’arrivent plus à vendre leurs produits voient leurs chiffres d’affaires respectifs fondre comme neige au soleil. Ces derniers dépensent, par exemple, d’importantes sommes d’argent pour acheter et conserver les médicaments autorisés à la consommation. Lesquels produits sont malheureusement stockés, pendant de longues périodes. Faute de preneurs, ces médicaments, longtemps conservés, finissent par se périmer. Dans le même temps, ils paient des taxes et impôts à l’Etat. Alors que les médicaments de contrebande s’arrachent comme de petits pains dans les villes et campagnes.  Il est bon de rappeler que les faux médicaments sont nocifs pour la santé des consommateurs. Le médicament reste, selon les experts, l’un des produits sensibles qui ne doit pas être manipulé par des mains non expertes. De la fabrication à son administration au patient, il doit d’ailleurs faire l’objet d’un protocole strict et bien déterminé par les professionnels de la santé. Le médicament ne doit d’ailleurs être prescrit que par les professionnels. Sa conservation répond également à des conditions bien précises : températures, emballages... Les médicaments de la contrebande répondent-ils à ces critères ? Respectent-ils les dosages appropriés, les conditionnements… ? Assurément, non.  Selon les directives de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), un médicament contrefait est un médicament qui a été délibérément et frauduleusement étiqueté de façon erronée quant à son identité ou à sa source. Il n’est donc pas fiable. Et il est impropre à la consommation humaine. Pour les médecins et autres spécialistes, les consommateurs de médicaments contrefaits ou de la contrebande s’exposent à des conséquences dramatiques : résistances multiples, allergies, intoxications, insuffisances rénales et hépatiques… Et parfois, ces médicaments conduisent à la mort. A ce sujet, les données sont d’ailleurs effarantes. L’OMS indique que 800 000 personnes meurent sur le continent africain du fait de la consommation de ces médicaments de contrebande. Finalement, il est éloquent de relever que le moins cher vers lequel l’on coure est très dangereux. Le moins cher est très cher. Parfois, il peut même conduire à la mort. Ce n’est malheureusement pas l’objectif poursuivi par le consommateur.     

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Le gouvernement de la République a marqué un coup dans la politique du livre, avec la publication de la liste officielle des manuels scolaires le 11 juin dernier. Cette politique consacre le livre unique : le programme prévoit désormais un seul livre par matière et par niveau. Contre trois, voire sept par matière jusque-là en compétition dans les écoles maternelles, primaires, collèges et lycées du pays. On est passé, par exemple, de onze livres à trois livres au niveau de la maternelle. Sur les points de l’agenda, du timing et surtout des prix homologués, c...


Le délégué départemental du ministère des Marchés publics (MINMAP) pour le Moungo, Jean Roger Ndoumbe Nkoa, vient de publier un avis d’appel d’offres national ouvert en procédure d’urgence pour la réalisation des travaux de construction d’un Centre multifonctionnel pour la promotion des jeunes dans la commune de Penja, arrondissement de Njombe-Penja, département du Moungo, région du Littoral. Les travaux sont censés s’exécuter sur une période de 120 jours et seront financés par le budget d’investissement public 2018 du minist&eg...


Trois hôtels quatre étoiles sont à réhabiliter dans la ville de Garoua, dans le cadre des préparatifs de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019. A quelques mois de l’évènement, l’hôtel du Plateau affiche un taux de réhabilitation de 10% pour une consommation des délais de 51%. L’hôtel sportif, lui, est à 21% de taux de réalisation pour un taux de consommation des délais de 68%. Entreprises et missions de contrôle rassurent toutefois, en rappelant que les équipements acquis (bétonnières, centrales à bé...