loader

EDITO

La fin du mercantilisme

Rien ne sera plus comme avant dans l’encadrement des livres et manuels scolaires au Cameroun. En effet, trois textes du Premier ministre, signés le 23 novembre dernier, viennent de mettre un terme à la dérive mercantiliste qui avait jusque-là cours dans cette filière. A la lecture de la circulaire et des deux décrets du chef du gouvernement, l’on retient que deux nouvelles instances, à savoir une commission et un conseil d’agrément, sont désormais chargés de statuer sur les manuels scolaires. La Commission, constituée des ministres dont les sphères de compétence touchent à l’industrie du livre, aura pour mission la mise en place d’une politique nationale du livre. Le conseil d’agrément, quant à lui, va s’occuper de façon spécifique du livre, du manuel scolaire et autres matériels didactiques. Il faut désormais relever que le décret du 23 novembre valorise particulièrement le conseil d’agrément qui avait été créé en 2002 par un simple arrêté.  Par ailleurs, la circulaire, destinée aux membres de la commission, revient en détails sur le choix, la production, la distribution et la durée d’utilisation du livre scolaire. Désormais, un seul livre par matière et par classe, de la maternelle à la classe de terminale, sera enseigné sur l’ensemble du territoire national. Et la durée de ce livre est de six ans, renouvelables, si le livre demeure meilleur. Les apprenants, sans nul doute, bénéficieront désormais d’une formation de qualité, avec de meilleurs livres aux contenus biens élaborés. Les parents verront ainsi leurs charges réduites. Puisque le nombre de livres au programme vont considérablement baisser. Ils vont ainsi dépenser moins pour l’achat des livres de leurs enfants. Certains parents pourront même effectuer des économies dans la mesure où les aînés pourraient léguer des livres à leurs cadets. L’autre gain, et non des moindres, est l’instauration de la saine concurrence entre éditeurs locaux qui bénéficieront des mêmes abattements fiscaux. Ceux des éditeurs qui produisaient des livres de mauvaise qualité, vont tout simplement libérer le plancher. Une attention particulière est également accordée aux zones d’éducation prioritaire et aux écoles publiques à travers la gratuité de certains manuels scolaires.     Il est bon de rappeler que les livres scolaires, sources des savoirs et des connaissances, ne sont pas des marchandises ordinaires. Ils ont leurs spécificités en ce sens qu’ils contribuent à la formation de l’apprenant, de l’homme. Et ils ne sauraient donc faire l’objet de marchandages de toutes sortes. La pratique qui avait jusque-là cours autour de livres scolaires relevait de l’affairisme, d’un commerce illicite... En tout cas, elle était bien loin de privilégier l’intérêt général de la communauté éducative. Conflits d’intérêts, délits d’initié, amateurisme… étaient les traits saillants des prédateurs qui avaient pris en otage le livre scolaire. Il était donc temps que le gouvernement siffle la fin de la récréation. Cette sortie rassure tout autant qu’elle donne une preuve du fait que le gouvernement reste toujours attentif aux débats citoyens qui portent sur des préoccupations socio-économiques. Et il apporte des réponses appropriées aux questions abordées.     

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...