loader

Lutte contre les flux financiers illicites : La voie de l’échange de renseignements

Du 15 au 17 novembre dernier, Yaoundé a abrité le Forum pour inciter les administrations fiscales de

L ’Afrique perd au moins 50 milliards de dollars par an, soit plus de 27 800 milliards de F, du fait des transactions illégales, selon le rapport 2015 du « Groupe de haut niveau sur les flux financiers illicites en provenance d’Afrique », rédigé à la demande de la conférence conjointe Union africaine/CEA des ministres des finances, de la planification et du développement économique. Parmi les principaux canaux de flux financiers illicites, les activités commerciales néfastes des multinationales, le trafic de drogue et la contrebande, la corruption et le détournement de fonds. Aussi, les experts ont-ils observé que certaines entreprises se livrent à la surfacturation ou à la sous-évaluation des accords commerciaux, à la manipulation des prix de transfert pour éviter les taxes, ainsi qu’aux services bancaires offshores. C’est au Cameroun, deuxième pays africain à accueillir le Forum mondial, que se sont réunis du 15 au 17 novembre dernier, les 147 Etats membres de l’institution. Objectif, accélérer les mécanismes de l’échange des renseignements et le dispositif de mobilisation des recettes fiscales, ainsi que développer le civisme fiscal à travers des procédures de contrôle. Pour ce faire, le Forum mondial, émanation de l’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE), examine la mise en œuvre des normes de transparence et d’échange de renseignements à des fins fiscales. A savoir la norme d’échange de renseignements sur demande et la norme d’échange automatique de renseignements. Ainsi, la norme d’échange de renseignements sur demande prévoit que des renseignements pertinents soient communiqués suite à une demande d’une juridiction partie à la Convention multilatérale sur l’assistance administrative mutuelle.   L’échange automatique de renseignements, lui, suppose la communication systématique, à intervalles réguliers, de blocs d’informations relatives à diverses catégories de revenus (dividendes, intérêts, redevances, salaires, pensions, etc.), par le pays d’origine du revenu au pays de résidence du contribuable. Les renseignements faisant l’objet de cet échange sont collectés dans le pays d’origine, en général par le biais de la déclaration des paiements transmise par le payeur (institution financière, employeur, etc.). L’échange automatique peut également servir à communiquer des informations relatives à un changement du lieu de résidence, à l’achat ou à la vente d’un bien immobilier, aux remboursements de TVA, etc.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...