loader

EDITO

Cameroun, cœur des initiatives

Yaoundé a abrité du 15 au 17 novembre dernier un Forum mondial sur la transparence et l’échange de renseignements à des fins fiscales. Dans l’histoire de cette institution, le Cameroun est le deuxième pays africain à accueillir cet important événement planétaire. 147 représentants des Etats membres ont effectué le déplacement de la capitale politique. Et des décisions fortes pour l’avenir de l’Afrique et du monde ont sanctionné les travaux. La déclaration de Yaoundé, résumée dans l’interview du ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey (page 13), en est l’une des principales résolutions. L’extrait est édifiant : « Cette déclaration postule que grâce à une volonté politique plus affirmée au niveau des instances africaines appuyées par des soutiens multiformes des partenaires bilatéraux et multilatéraux, les efforts des pays africains à la mise en œuvre des normes internationales d’échange de renseignements contribueront à améliorer de manière substantielle la mobilisation des ressources fiscales ». On ne le rappellera jamais assez : la situation de l’Afrique en matière des transactions illégales n’est pas des plus reluisantes. Selon des experts, le continent perd plus de 27 800 milliards de F par an du fait de la fraude, de l’évasion fiscale et des flux financiers illicites. Quelques jours auparavant, Yaoundé avait également accueilli un forum africain sur le commerce intra-africain. Il en est ressorti que le Cameroun porte des espérances dans la conception de la relance de l’économie africaine. En raison non seulement de sa position géopolitique et géostratégique, mais aussi et surtout de ses atouts multiformes. Les événements les plus récents l’attestent, sans nul doute. Ils succèdent à bien d’autres et vont précéder à des nombreux d’autres, assurément. Ceci illustre également la vitalité d’une diplomatie économique qui a franchi au moins un cap. Notre pays est au cœur des réflexions stratégiques sur la relance de l’économie africaine. Il l’a été pour le redressement en cours des économies de la sous-région Afrique centrale, dans un contexte particulièrement difficile. Des mesures urgentes, prises lors du sommet de Yaoundé le 23 décembre 2016, ont conduit les pays membres de la Cemac de conclure des programmes de réformes économiques et financières avec le FMI. Même si les négociations sont encore en cours pour le Congo et la Guinée équatoriale.  Même en temps difficile, certains diraient en temps de crise, le Cameroun prend des initiatives, même si on ne le souligne pas assez, joue un rôle de soutien à quelques économies en difficulté. Tout ceci, mis ensemble, doit certainement nous réjouir, mais davantage convoquer les forces vives, et riches au demeurant en termes d’initiatives et de dynamisme économique, à tenir le pari de ce dynamisme, maintenir cette dynamique… Laquelle dynamique présage une position forte du Cameroun pour la renaissance économique de l’Afrique toute entière.  

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...