loader

Densifieuse-broyeuse : La machine à broyer les déchets plastiques

Etape préalable au recyclage, cet outil-solution est proposé par l’IUT de Douala.

Tout a commencé par un marché d’une quarantaine de millions de francs que le ministère en charge du développement industriel avait lancé en vain. Dans le lot des prestations recherchées, il y avait la conception et la construction d’un prototype d’un appareil de recyclage des objets plastiques usagés. L’Institut universitaire de Technologie (IUT) de Douala a finalement apporté une solution à cette demande en deux temps. Le premier est une « densifieuse », qui est à la fois un moyen de découper et de broyer les déchets réduits en grosses miettes. Dans les ateliers de l’école des techniques, l’on considère que cette invention est la première phase car la prochaine étape consistera à construire l’extrudeuse (qui permet de réduire en granulés ou en pâte directement transformable par les usines de plasturgie) que souhaitait originellement le ministère. « Celle que nous avons montée sur les plans créés par notre collègue Thomas Bwanga est originale car elle combine les deux tâches. Elle met en pièces des bouteilles et des films en plastique. Si nous avions construit l’extrudeuse directement, elle aurait consommé plus d’énergie et de composantes », se satisfait Christian Abanda, enseignant de génie mécanique et co-fabricant. Capable de broyer trois cents bouteilles d’un litre et demi en une demi-heure, ou alors une quantité comparable de films en plastique en autant de temps, le prototype a réduit les besoins en énergie des expériences concurrentes précédentes. Elle dépense un kilowatt à l’heure là où d’autres en prennent vingt à quarante fois plus. « Il faudra néanmoins améliorer le rendement, ajoute M. Abanda, car les tests ont montré que sur cent bouteilles introduites dans la broyeuse, quatre-vingt en sont ressorties. Il faut dire qu’on a mis l’accent sur la qualité des lames de coupe au lieu de parier sur la puissance ».  Les quatre mois de travail que les deux enseignants, leur collègue Abel Njom et six étudiants ont consacré à la densifieuse-broyeuse n’en sont pas moins qu’une base. Il faut après avoir trouvé cette solution, déterminer la meilleure stratégie d’exploitation industrielle ou artisanale. En observant avec la situation du marché, ses créateurs sont cependant confiants en la capacité du marché camerounais à utiliser dans les industries une telle machine produite en série.  

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...