loader

Getsec, le secret de la sécurité informatique

Pour la sécurité des outils TIC, ce spécialiste sensibilise et fournit divers services.

Inscrite dans le répertoire d’organisations locales qui s’intéressent aux entreprises de taille ordinaire, Global Enterprise Technologies and Security (Getsec) a cependant la tête tournée vers tous les horizons, y compris au-delà des frontières camerounaises. La vocation « internationale » de la maison tient au domaine dans lequel elle s’est spécialisée : les technologies de l’information et de ses origines diasporiques.  On y parle de services dans la sécurité des systèmes d’informations, d’analyse des risques qui sont liés à ces moyens d’exploitation, d’audits de sécurité et d’intrusion, d’investigation numérique, de cyber sécurité et cyber criminalité et de formation… « Nous sommes d’ailleurs depuis 2016, un centre agréé pour former des apprenants dans ces domaines », se satisfait Claude Essomba, manager de Getsec. Il s’agit de produits commerciaux qui semblent incontournables, au regard du développement du numérique dans l’économie camerounaise et plus encore ailleurs. La sécurité informatique induit des protections, pour les entreprises et les administrations publiques, sans lesquelles les blocages guettent les plus grosses machines comme les petites. Exemple : les récentes prises de contrôle de chaînes de télévision occidentale par des pirates informatiques. Ou encore les enquêtes suivant le soupçon d’instrumentalisation des réseaux sociaux par des « influenceurs » payés pour diriger les choix d’électeurs durant la présidentielle américaine de 2016. Chez Getsec, l’on pense que de telles implications ne peuvent que pousser à la formation préventive. Le retour sur l’investissement et l’augmentation de la productivité dans les affaires tout comme la réduction des risques à un niveau acceptable, étant plus garantis. « Avec une équipe de conseillers à l’expérience internationale, nous croyons fermement à notre capacité à aider les petites, moyennes et grandes entreprises à implémenter les processus de sécurité informatique et à l’intégration des produits associés en leur sein », assure M. Essomba. Après avoir engagé son aventure par Douala, Getsec s’est établie à Yaoundé. Un redéploiement tactique qui lui permet de se développer tout en gardant un pied dans la capitale des affaires, car la sécurité informatique demande encore à être connue. « Nous devons, explique Claude Essomba, sensibiliser les managers qui ne comprennent pas encore les enjeux de la cyber sécurité  au niveau des entreprises et par conséquence n’y mettent pas suffisamment de moyens ». Le handicap des ressources humaines disposant du minimum d’expérience  demandé sur le marché et l’inadaptation de formations à l’évolution rapide des changements dans le monde des systèmes d’informations et du cyber espace, complètent le tableau des difficultés dans un secteur encore neuf. N’empêche, Getsec se voit leader dès 2019, une référence pour la formation et l’intégration sur mesure des processus de sécurité informatique ciblant les PME/PMI en Afrique et en Amérique du nord.  

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...