loader

Barrage hydroélectrique de Bini à Warak : 150 Camerounais et 50 Chinois à pied d’œuvre

En visitant le chantier jeudi dernier, le MINEE, Basile Atangana Kouna, a apprécié le niveau d’avanc

7 5 mégawatts. Plus de 2000 emplois directs. 180 milliards de F d’investissements. 82 Km2 de superficie. 603 millions de m3. Les chiffres du barrage hydroélectrique de Bini à Warak donnent le vertige. Lancés en janvier 2016 par la construction de la base vie de SINOHYDRO, l’entreprise chinoise sélectionnée pour bâtir cette importante infrastructure de production de l’énergie électrique, les travaux avancent. Le constat a été fait jeudi 9 novembre 2017 par le ministre de l’Eau et de l’Energie (MINEE).  Basile Atangana Kouna qu’accompagnaient les autorités administratives locales et le coordonnateur du projet Guibaï Ndouvama, a apprécié le niveau d’avancement du chantier. Les travaux préliminaires sont réalisés à 100%. Ils consistaient en la construction de la base vie et à l’ouverture des voies d’accès. Depuis quelques mois, SINOHYDRO, entreprise qui a construit le barrage hydroélectrique de Mem’vele, département de la Vallée du Ntem, région du Sud, qui a préfinancé les travaux préliminaires et tout ce qui est fait jusque-là sur le site sur fonds propres, s’attaque au gros œuvre. Les travaux d’excavation de la digue gauche sont amorcés avec les terrassements. Certains ouvrages sont même déjà réalisés.  On s’achemine vers la vitesse de croisière.  Les travaux sont censés durer 48 mois. 150 ouvriers camerounais et 50 employés chinois sont mobilisés.  Lors de la phase de croisière, le chantier pourra absorber entre 1500 et 1800 employés supplémentaires.  Petit bémol tout de même. Les fonds de contrepartie qui doivent être payés par la partie camerounaise ne sont pas encore libérés. Le marché du contrat n’est pas encore signé.  Les populations réparties dans les 19 localités situées dans l’emprise du projet ne sont pas encore expropriées. Elles attendent que soient signés les arrêtés d’indemnisation. Les études d’impact environnemental et social sont en cours de validation. Située à 66 Km de Ngaoundéré, le barrage de Bini à Warak, petit village de l’arrondissement de Ngan’ha, département de la Vina, va produire 75 mégawatts. Ils seront injectés dans le réseau interconnecté Nord qui couvre les trois régions de la partie septentrionale du pays à savoir l’Adamaoua, le Nord et l’Extrême-Nord. Projet structurant de grande envergure, ce barrage qui pourrait être opérationnel à l’horizon 2021-2022 va compléter l’offre d’énergie produite par le barrage de Lagdo sur la Bénoué. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...