loader

Sipo fruits et légumes : Les délices du jus naturel

La conservation et la transformation des fruits font la notoriété de cette PME qui envisage de s’agr

L ouise Nouanegue Kanmogne se souvient encore de sa mémorable journée du mardi 18 janvier 2011. C’était au Comice agropastoral d’Ebolowa, lors de la visite des stands par le chef de l’Etat. « J’étais en train de lui présenter nos produits, en particulier les chocolats. Le président a lui-même pris un chocolat qu’il a mangé. Le vice Premier ministre de l’Agriculture et du Développement rural d’alors, Jean Nkuété, a fait pareil ainsi que plusieurs autres membres de la suite présidentielle. J’ai constaté comment ils appréciaient et disaient que c’est délicieux ». Un moment immortalisé par quelques photos, dont l’une, agrandie, est en bonne place dans son bureau. Un stimulant qui pousse cette femme d’affaires née en 1951 et maman de quatre enfants, à continuer son idéal d’entreprise. La spécialité de la PME « Sipo fruits et légumes », c’est de transformer les fruits et légumes en jus de fruits et de fabriquer du chocolat à base du cacao local. « Les ingrédients  utilisés comme ajouts ne sont pas des produits chimiques comme ailleurs. Ce sont des produits naturels locaux qui donnent un goût et un parfum facile à identifier dans nos contrées tropicales », précise la chef d’entreprise. Dans le secteur agroalimentaire, Sipo fruits et légumes a une expertise dans la conservation des fruits noirs, des safous, ainsi que dans la transformation du gingembre, du thym, de la citronnelle et de divers fruits, tout cela en jus de table. Sans oublier le cacao transformé en chocolat et plusieurs autres produits dérivés. Si tous les produits ne sont pas exposés dans la boutique siège de l’entreprise, située à l’entrée sud de la ville de Bafoussam, c’est à cause de la demande qui fluctue sans cesse et aux emballages, pas toujours disponibles à temps. Malgré les difficultés, les affaires semblent florissantes. En consultant son registre, elle livre des quantités importantes. « Nous avons transformé et écoulé en 2016 plus de trois tonnes de cacao et 1,5 tonnes de fruits. Nous avons embouteillé 10 000 bouteilles de 33 centilitres avec différents fruits.  Nous comptons au terme de cette année tripler ce rendement.» Louise Nouanegue classée comme chercheur indépendante au Minresi, dit s’être formée sur le tas en suivant divers séminaires à l’international et au pays. Horticultrice à ses débuts, elle constate qu’à contre saison, il y a une rareté de fruits, alors que l’excédent récolté pendant la bonne saison pourrit sur place. Un groupement d’initiative commune (GIC), spécialisé dans la conservation et la transformation des fruits et légumes, est créé en 1990. La promotrice multiplie des stages de formation en Occident, participe à des fora, et s’aguerrit. Les machines sont acquises et le GIC prend de l’envergure. Il est transformé en PME/SARL en 2012. Avec 1000 F, les consommateurs s’arrachent une boîte de 200g des chocolats fabriqués dans l’usine de la société « Sipo fruits et légumes » et déboursent 500F pour acheter une bouteille de 33cl de jus naturel. Ces prix varient selon que ces produits sont achetés en gros à la sortie d’usine ou au détail dans certains commerces. Pour Louise Nouanegue, le défi est de partager son expérience avec des jeunes maîtres chocolatiers.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...