loader

Kenya : L’industrie touristique repart

Suite au récent ralentissement enregistré, les autorités kényanes veulent capitaliser le fort potent

A près avoir franchi le cap des 874 385 touristes en 2016, le Kenya a décidé d’élargir sa base de visiteurs étrangers. Et c’est vers la Chine que le pays d’Afrique de l’Est se tourne. Le pays s’est fixé pour objectif d’attirer près de 140 000 touristes chinois en 2017 en rendant sa destination encore plus attractive. En 2016, ce sont 69 000 visiteurs chinois qui ont passé leurs vacances dans le pays. Actuellement, ce sont les visiteurs en provenance des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de l’Inde qui sont les plus représentés au Kenya, la Chine étant quatrième sur la liste. « Nous avons connu une augmentation du nombre de visiteurs chinois au Kenya dans les six premiers mois de 2017 et nous sommes confiants que nous pourrions doubler cette année le chiffre de l’année dernière », a déclaré Betty Radier, directrice générale du Conseil du tourisme du Kenya (KTB). Nairobi entend renforcer sa présence sur les médias sociaux chinois en déployant des plans de communication et de promotion, entre autres. Opération de charme Le KTB et le Kenya Wildlife Service (KWS), agence publique kenyanne chargée de la conservation, ont signé cette année un accord pour la promotion du safari, fleuron du tourisme kényan, dans les parcs nationaux et réserves de chasse. Les autorités locales mettront également en avant les plages du pays. Plusieurs autres projets développés pour l’ensemble de l’industrie touristique, notamment de l’immobilier et l’hôtellerie de luxe. Secouée par une crise consécutive aux attaques des islamistes shebabs, l’industrie du tourisme kenyane, premier pourvoyeur d’emplois dans la région côtière, a vu son nombre de visiteurs chuter de plus de 60 % dès 2011. Les autorités du pays ont mis en place plusieurs mesures qui ont commencé à porter leurs fruits en 2016, notamment la conception d’un plan marketing conjoint avec l’Ouganda et le Rwanda afin de vendre les trois destinations comme une seule. Par ailleurs, le pays a misé sur la gratuité de l’obtention du visa pour les enfants de moins de 16 ans, la réduction des tarifs d’entrée d’un tiers dans les parcs nationaux et l’annulation des redevances d’atterrissage pour les compagnies aériennes. Ces réajustements ont permis à l’économie kenyane de gagner presqu’un point de PIB en un an, pour se situer autour de 5,9 % de croissance en 2016 contre 5 % en 2015. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire