loader

Afrique centrale : Les performances des banques en recul

Selon le classement des 200 premières banques africaines de Jeune Afrique Hors-Série n°47 qui vient

L a crise économique et financière que traversent les pays de l’Afrique centrale impacte sans nul doute les performances des banques commerciales implantées dans la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale. Déjà mal classées dans les précédentes éditions des 200 premières banques africaines du journal Jeune Afrique, les banques de la Ceeac sont en baisse de régime, malgré l’émergence des banques en République démocratique du Congo. Dans ce palmarès, figurent neuf banques de la zone. Le Gabon place notamment les deux premières banques de la région, avec BGFIBANK Holding Corp (57e) qui figure dans les 100 premières banques et BGFIBANK Gabon (126e). Le Cameroun, locomotive de la CEMAC, avec quatre banques, détient le plus gros effectif. Afriland First Bank (142e), classée troisième en Afrique centrale, améliore son classement de 2016 (154e) et gagne ainsi 12 places. Après avoir perdu neuf places en 2016 (157e), Société générale Cameroun (166e) se classe deuxième au niveau national et 5e au niveau régional. La Bicec (172e), arrive 6e au niveau régional et 3e au plan national. Société commerciale de banque (SCB Cameroun), classée 193e, est la quatrième banque du Cameroun et ferme le classement de l’Afrique centrale. Trois autres pays ont placé chacun une banque dans ce palmarès, à savoir la Guinée équatoriale avec la CCEI Bank (151e), 4e banque au niveau régional ; la RD Congo avec Rawbank (177e) occupe le 7e rang et le Congo avec BGFIBANK Congo (179e) est huitième au niveau régional.  Il est à relever que deux banques qui figuraient dans l’édition 2016 sortent du classement : Ecobank Cameroun et la Banque internationale pour le commerce et l’industrie du Gabon.  Le total de bilan cumulé des 50 premières banques d’Afrique centrale est de 27,4 milliards de dollars. Il est en baisse de -8,4%  sur un an. Après avoir perdu 6% en 2014,  puis 17,2% en 2015, le total du bilan cumulé a encore chuté en 2016, de 10%. « Le recul frappe quasi toutes les institutions bancaires de la région », précise Jeune Afrique.  Selon Jeune Afrique, le total de bilan cumulé des 200 premières banques africaines en 2016 est de 1 471,4 milliards de dollars. Il est en baisse par rapport à l’année 2015, avec 1497,2 milliards de dollars. Ces performances s’expliquent par la conjoncture difficile que traversent certaines grandes économies du continent, notamment le Nigeria, entré en récession en 2016 et l’Afrique du Sud qui l’a échappé de justesse, en finissant l’année avec un PIB de 0,3%. Le Maroc, autre poids lourd du secteur financier africain, a vu sa croissance baisser de 4,5% en 2015 à 1,1% en 2016. Malgré un faible taux de bancarisation sur les marchés, les banques africaines ont enregistré une croissance, tant du côté des dépôts que de celui des crédits. Les profits cumulés ont progressé de 3,1%, contre un effondrement de près de 8% en 2015. Toutefois, la montée des risques (créances douteuses, prêts non performants…) un peu partout sur le continent constitue une source d’inquiétude pour les banquiers. Globalement, le classement des 200 premières banques africaines est littéralement dominé par l’Afrique australe qui détient 47% des actifs cumulés. L’Afrique du Nord arrive à la seconde place avec 30%. L’Afrique de l’Ouest est troisième avec 14% du total du bilan cumulé. Et l’Afrique de l’Est, 4e, à 6%. Les banques de l’Afrique centrale ne représentent que 1,02% : elles ont encore perdu du terrain comparativement à 2014 où elles étaient à 1,74.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...