loader

Promotion des matériaux locaux : Les avantages de la brique

L’unité technique Haute intensité de main d’œuvre au Minepat forme actuellement des cadres technique

S i 13 millions de F sont utilisés dans la commande publique pour réaliser trois salles de classe à l’aide du parpaing, le même montant peut permettre de construire huit salles de classe avec de la brique comprimée (BTC). Le constat établi par l’unité technique Haute intensité de main d’œuvre (Himo) au Minepat révèle que la BTC est trois à cinq fois moins chère que les matériaux classiques. Tandis qu’un parpaing ordinaire 15x15 coûte 350 F, la brique comprimée 14x9 coûte entre 150 et 200 F. De même, un mètre carré avec la BTC revient à 1840 F contre 5000 F en moyenne pour le parpaing. Autres avantages : la flexibilité de ses modes de production tant en milieu urbain que rural, à l’échelle artisanale ou industrielle, la qualité architecturale des ouvrages (cas des bâtiments construits par les Allemands dans les années 1950), la résistance acoustique et thermique (différence de température d’environ 4 à 6°C, la résistance à l’eau lorsqu’elle est associée au ciment (ce qui lui confère une durée de vie de 50 ans au moins).  Selon Médard Kouatchou, coordonnateur national de l’unité technique Haute intensité de main d’œuvre (Himo), la BTC gagnerait à être introduite dans la commande publique. « Elle permettrait de valoriser l’utilisation des matériaux locaux, les techniques locales et la main- d’œuvre locale. Un bâtiment en matériaux locaux n’est pas une construction au rabais ou bas de gamme », indique-t-il. Notre interlocuteur souligne la nécessité d’appliquer la circulaire N°002/CAB/PM du 12 mars 2007 relative à l’utilisation des matériaux locaux dans la construction des bâtiments publics jusqu’à R+1 au Cameroun. En organisant du 23 au 28 octobre dernier une session de formation de 27 cadres techniques des PME et entreprises du BTP au Centre des métiers des Travaux publics d’Akonolinga, l’unité technique Himo, de concert avec la Mipromalo, veut diffuser sur l’ensemble du territoire cette technique très peu connue par les techniciens et conducteurs de travaux. 

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...