loader

Alternative : Chips de bois pour énergie moins chère

Associant économies et écologie, Powercam propose de débiter des produits forestiers pour faire tour

Les calculs du groupement d’intérêt économique Powercam indiquent clairement la révolution que devrait opérer la Green Energy Wood Chips (Gewc). Une technique-offre qui recourt à des chips (copeaux de bois) et des plaquettes forestières sèches (PFS) pour fournir de l’énergie aux industries notamment. En comparant les consommations actuelles et futures d’une grande entreprise de l’agroalimentaire par exemple, l’on obtient une facture de 282 millions de F par an pour une alimentation au gazole et 99 millions de F pour produire les mêmes quantités de marchandises durant une année à l’aide de chips de bois. Les comptes devraient inciter les industriels à essayer rapidement cette solution nouvelle pour laquelle les études de faisabilité sont prises en charge par l’offreur ; le crédit-bail permettant une installation sans grandes dépenses pour l’acquéreur. Mais les promoteurs de Powercam n’attendent pas qu’on vienne à eux. Ils ont entrepris de sensibiliser les principales sociétés industrielles de Douala. Quelques-unes vont tenter l’expérience. « On pourra commencer avec des volumes de 50.000 tonnes fournies aux clients déjà contactés », annonce Jean-Michel Job, l’un des administrateurs de Powercam qui souligne l’adaptabilité de la méthode Gewc dans les usines approvisionnées par le gaz ou le gazole. « Cela représente en moyenne 50 à 70 % d’économies selon les cas », précise le patron en promotion. Autres avantages pour les entreprises soucieuses de leur impact environnemental, les promoteurs du Gewc assurent que chaque arbre coupé pour fabriquer le carburant bio est remplacé. Mieux, la combustion totale du bois débité évite des émissions de carbone et de fumée. Une manière d’adaptation aux grands mouvements de capitaux que l’on observe dans les milieux d’affaires et industriels vers les énergies renouvelables. « Ce sont des milliers de milliards de francs investis », estime M. Job. D’après diverses statistiques, Douala aurait besoin de 900.000 tonnes par an de chips de bois pour ses industries. Un besoin inscrit dans une courbe de croissance générale car la demande en énergie devrait grandir de 90% entre 2012 et 2025.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...