loader

Centre : 142 espèces d’arbres recensées dans les massifs forestiers de Yaoundé

Une récente étude réalisée par l’Institut de recherche pour le développement (IRD) indexe l’action d

D’après l’Institut de recherche pour le développement (IRD), les activités humaines mettent en péril l’écosystème forestier de la ville de Yaoundé. De la pose des bornes à la construction de nouvelles maisons, en passant pas l’ouverture des layons. « Les trois monts (Messa, Mbankolo et Yéyé; Ndlr) sont affectés à des degrés divers par les défrichements », précisent les experts de l’IRD. Suite à la restitution le 26 septembre dernier de l’étude préalable sur la restauration des massifs forestiers de la ville de Yaoundé, 75% de la surface des monts Messa et Mbankolo sont envahis par les cultures vivrières et les jachères associées, contre à peine 5% pour les lambeaux de forêts à couvert fermé. Les cultures et jachères couvrent 20% du mont Yéyé, contre 20% pour les forêts. La quasi-totalité de l’espace restant (couvert ligneux intermédiaire) est envahie par les cacaoyères, révèle l’étude. L’écosystème faunique de la zone prend aussi un coup. « La faune des poissons est très appauvrie par rapport au contexte régional (bassins du Nyong et de la Sanaga), avec seulement sept espèces, dont trois introduites à tendance envahissante (dont la reproduction non contrôlée constitue un problème pour l’écosystème de la zone) », explique l’IRD. La diminution de ces espèces est due à la pollution dans les cours d’eau des trois monts. Afin de sauver le potentiel forestier de ces monts qui renferment au moins 142 espèces d’arbres et constituent une base nécessaire à la reconstitution du couvert, l’étude (commandée par la Communauté urbaine de Yaoundé le 18 janvier dernier et réalisée entre janvier et avril) a recommandé notamment le reboisement des massifs forestiers des collines et hauts reliefs. Le projet s’inscrit en droite ligne du Plan pluriannuel visant à préserver les cordons forestiers périurbains de Yaoundé. L’ambition est de stopper le phénomène d’urbanisation qui menace l’écosystème avec des risques d’érosion et d’éboulement. En perspective, la Communauté urbaine de Yaoundé envisage de mettre en terre plusieurs milliers d’arbres autour des monts Messa, Mbankolo et Yéyé. A raison d’un ratio de 400 plants par hectare.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...