loader

« Le Cameroun est un bon risque »

Baris Ertan, président de l’Association des hommes d’affaires turcs et camerounais.

Une dizaine d’investisseurs turcs vient de séjourner au Cameroun. Y a-t-il des pà l’horizon ?  Ils étaient 14 investisseurs spécialisés dans les secteurs de l’énergie, de la construction, de l’électronique, de la production des machines agricoles et du textile. Nous avons invité 14 homologues pour qpi éageles autorités camerounaises. L’Agence de promotion des investissements (API) a expliqué tous les contours relatifs aux incitations, aux facilités, aux aqoffre, notamment la loi du 18 avril 2013 fixant les incitations à l’investissement privé. C’est une loi très attractive. Pour cette délégation, c’était la premuaten terre camerounaise. Les investisseurs turcs ont trouvé que le Cameroun a des dispositions favorables pour nouer des partenariats. Mais, ils ne peuvent pas se décider tout de suite. Pour qu’ils se décident, ils vont revenir au moins quatre à cinq fois. C’est avec le temps qu’on saura si les échanges ont été fructueux.  Quelles sont les secteurs prioritaires qui intéressent ces investisseurs ? Les investisseurs turcs sont intéressés par les secteurs du textile, de l’énergie, de la construction, de l’électronique et de la production des machines agricoles. Nous sommes davantage intéressés par la production qui apporte les devises. Un pays s’enrichit avec l’industrie et non avec le commerce. Quand vous allez au marché, la plupart des produits sont importés. Pourtant, on peut produire tout cela ici. Aujourd’hui, la Turquie est la 14e puissance éodgà la production. Dans le seul stTuexporte des produits finis dans le monde pour près de 40 milliards de dollars, soit un peu plus de 22 260 milliards de F. Que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, parce que la qualité est au rendez-vous. Le Cameroun a le coton qu’il vend à l’état brut. Pour installer une usine de transformation du coton en fil et de confection des tissus de qualité prêts à l’export, il faut un investissement d’au moins 100 milliards de F. La Turquie est prête à investir dans de tels secteurs. Et concernant le volet emploi, une telle usine absorberait en moyenne 1200 e Quels sont les arguments qui ont milité en faveur de la destination Cameroun ? Le climat des affaires est propice à l’investissement. Le Cameroun est un bon risque. C’est un pays qui recèle des opportunités en termes d’investissements. Ici, rien n’est produit et il y a beaucoup de choses à faire. Le Cameroun intéresse les Turcs parce que c’est un pays de paix et de droit. Ces gages sont très importants pour les investisseurs turcs. Je conseille aux Camerounais qui suivent toutes ces démarches qu’on est en train de faire, de venir vers les investisseurs turcs, mais avec des projets bien maturés, concrets et aussi avec un peu de fonds.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...