loader

Campagne Agenda 5%: La priorité aux infrastructures

Les secteurs identifiés dans le cadre du Nepad sont l’énergie, les transports, l’eau et l’assainisse

Cinq ans après l’adoption du Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA), une ère nouvelle s’ouvre dans la mise en oeuvre du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD). La campagne « Agenda 5% » a été officiellement lancée le 19 septembre dernier au NASDAQ Stock Market de New York (Etats Unis), en présence de chefs d’entreprises de haut niveau et d’investisseurs internationaux. La campagne Agenda 5% repose sur une plateforme de collaboration réunissant les acteurs des secteurs public et privé, pour apporter des réponses efficaces aux problématiques du continent africain. Elle appelle aussi les investisseurs institutionnels à augmenter leurs financements dans les infrastructures pour atteindre l’objectif déclaré de 5%. D’après la Banque mondiale, l’Afrique doit dépenser 93 milliards de dollars par an, soit plus de 51 097 milliards de F, d’ici 2020 pour combler le déficit en infrastructures. Le continent perd pratiquement deux points de croissance de son PIB du fait de ce déficit. La répartition de cet argent alloue 44% à l’énergie, 23% à l’eau et assainissement, 20% aux transports, 10% aux TICs et 3% à l’irrigation. Sur les 51 programmes d’infrastructures transfrontalières et plus de 400 projets à mettre en oeuvre dans ces quatre secteurs prioritaires en concordance avec le PIDA, l’Afrique n’a réussi à clôturer que 158 projets de financement au cours de la décennie 2004- 2013 avec une dette établie à 59 milliards de dollars, soit plus de 32 415 milliards de F. Ce qui représente seulement 5% des besoins en investissements dans les infrastructures et 12% des flux financiers réels. Selon un rapport McKinsey de 2016, les investisseurs institutionnels et les banques disposeraient de 120 000 milliards de dollars d’actifs, dont une partie pourrait soutenir les projets d’infrastructures en Afrique. Une opportunité à saisir pour donner un coup d’accélérateur à l’agenda 5%.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...