loader

Bafoussam: La pomme de terre en abondance

Cette denrée se commercialise à un prix jugé acceptable par les consommateurs de l’Ouest.

Au petit marché de Djutsitsa par Penka Michel dans la Menoua, comme au marché Bafounda, par Mbouda, les consommateurs peuvent acheter un seau de 15 litres de pommes de terre à 2000 F et le sac à 20 000 F. Au marché du carrefour Bansoa, les mêmes contenants coûtent respectivement 2500 F et 25 000 F. Une bonne affaire pour les consommateurs qui, habituellement, achètent la même quantité à des prix variant de 3 500 F à 4 000 F. Le seau de 15 litres coûte 5 000 F pendant les périodes de rareté de cette spéculation. La baisse des prix est la conséquence de la surproduction actuelle. D’après le Dr Honoré Mafouo Ngandjou, coordonateur régional Ouest du Programme d’appui à la relance de la filière pomme de terre, « en attendant d’avoir les données plus générales, les producteurs que nous encadrons actuellement ont fait mieux que l’année passée ». Le fichier du programme d’appui à la relance de la filière pomme de terre précise que lors de la campagne de l’année 2016, des appuis ont été remis à 3 177 producteurs. Avec 103 tonnes de semences, ils ont obtenu une moisson évaluée à 969 tonnes pour un rendement moyen d’environ 13,82 tonnes par hectare. Ce qui a permis d’obtenir 217 millions de F en vendant bordschamps à 2000 F le seau. Le Dr Honoré Manfouo Ngandjou précise toutefois que ces chiffres ne concernent que les producteurs encadrés par le programme cette année. « Ils représentent moins du dixième des paysans qui cultivent la pomme de terre à l’Ouest, en y incluant les grands producteurs déjà expérimentés ». L’Ouest dispose d’une forte quantité de pomme de terre à écouler sur les marchés.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...