loader

Formation professionnelle: 46 centres opérationnels dans l'Adamaoua

L’annonce a été faite au cours de la concertation sectorielle de lancement de rentrée le 14 septembr

A la veille de la rentrée des établissements professionnels dans la région de l’Adamaoua qui a eu lieu le 14 septembre dernier, une concertation sectorielle des acteurs du sous-secteur emploi et formation professionnelle s’est tenue à Ngaoundéré. L’objectif était de s’approprier les orientations de la tutelle. Au cours des assises tenues à la salle de conférences de la délégation régionale du Tourisme et des Loisirs, les acteurs ont posé un diagnostic sans complaisance de la formation professionnelle dans la région. A date, 46 centres de formation professionnelle sont enregistrés. Notamment 13 SAR/SM et 33 structures privées de formation professionnelle. Il est apparu au cours des travaux que 246 apprenants étaient inscrits dans les SAR/ SM l’année dernière, contre 256 en 2015-2016. Les effectifs connaissent une baisse d’environ 4,06%. Parallèlement, 982 apprenants ont été formés dans les 33 structures privées de formation de la région. D’après le délégué régional de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Ernest Kenné Tamzop, quelques difficultés ont tiré vers le bas les performances de l’année dernière. Au nombre de celles-ci figurent le manque de formateurs dans certaines spécialités, l’insuffisance ou le manque absolu des équipements et des infrastructures de base dans certains centres, l’opacité dans la gestion de l’opportunité d’emploi par certains employeurs. De l’avis du secrétaire général des services du gouverneur de l’Adamaoua, Ludovic Etienne Ngbwa, « l’insertion socioprofessionnelle des jeunes est un gage de la stabilité des institutions ». Il a poursuivi en soulignant que « la tâche est dense. Il faut encore plus de rigueur ». Les travaux ont ainsi permis d’aboutir à un ensemble de résolutions. Les causeries professionnelles pour identifier dans chaque localité le potentiel à former en fonction des ressources et besoins et l’opérationnalisation dans les meilleurs délais du centre de formation des formateurs constituent, entre autres, les axes vers lesquels les acteurs pourraient s’orienter. 982 Le nombre d’apprenants formés dans les 33 structures privées de formation de la région.  

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...