loader

Sarah Laure Ndongho: le rêve vient en travaillant

Esprit de conquête, d’innovation, application et persévérance résument le parcours de cette patronne

A 36 ans, Sarah Laure Ndongho n’a pas l’air satisfaite de son sort et pourtant… A l’âge où d’aucuns entament à peine une carrière professionnelle, elle accumule déjà deux ou trois vies dans le monde du travail. Aussi bien en tant que chef d’entreprise qu’employée. Le ton doux mais ferme de cette ronde au teint clair native de Douala cache aussi mal son envie d’en découdre, dirait-on. Toutes observations qui, mises ensemble, indiquent qu’elle a bien l’âme des entrepreneurs. Une de ces tournures d’esprit qui font que cette enfant reconnaissante (NAZ est une abréviation rappelant les initiales de ses défunts parents) n’a pas suivi la voie qu’on lui avait indiquée. Sans sortir néanmoins du droit chemin. « Mes études de biochimie me destinaient à travailler dans le domaine médical comme mon oncle et tuteur l’avait organisé. C’était un médecin », explique la jeune femme. Il se trouve qu’au fond d’elle-même sommeillait l’idée d’embrasser des « choses dures, qui paraissent inaccessibles aux femmes ».  Un virus bienfaisant qui aiguillonne et la pousse à accepter l’offre d’un vendeur d’équipements… métalliques. Une relation bénéfique où son talent inné pour la vente lui permettra de faire ses premières armes et d’explorer le secteur. Car il ne lui a fallu que quelques années pour apprendre à voler de ses propres ailes. Apprenant un nouveau métier, celui de conceptrice qui lui a permis d’innover. « A Ngaoundéré, il y a quelques mois, nous avons construit le nouvel hangar du transporteur « Touristique ». Alors que tout le monde dit qu’il faut absolument des poutrelles, j’ai utilisé des tuyaux venus de l’exploitation pétrolière. Le résultat est tel que même l’ingénieur que nous avons sollicité a reconnu qu’il fallait y penser », se satisfait-elle. Demain est déjà pourtant dans ses préoccupations, elle qui souhaite étendre son activité à la sous-région et la diversifier. En revenant d’une exploration dans la forêt du sud Cameroun où elle veut prendre pied, Sarah Laure Ndongho pensait ainsi à un nouveau présentoir de publicités. Un affichage mobile… Elle pense aussi à ceci, à cela. La liste est longue et peu ordinaire des projets de la manager qui ne jure que par le respect de la parole donnée. « Je vous avais bien dit que c’est une jeune sur qui on peut compter », témoigne le patron d’une grande entreprise qui la recommande chaudement.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...