loader

CLES DE REUSSITE: façonné dans l’épreuve

Malgré plusieurs échecs sur son chemin, Guillaume Mbakam Chougha a su relever la tête.

Tous les jours ou presque, Guillaume Mbakam Chougha est à son bureau à partir de 8h. Et il en ressort autour de 21h. « Mon emploi du temps est réglé comme une montre suisse. Il m’arrive difficilement d’improviser parce que je sais longtemps à l’avance ce que j’ai à faire compte tenu de l’étendue de mes activités. Si vous me voyez sortir de mon bureau, soit c’est pour un rendez-vous d’affaires, soit pour un contrôle de chantier », explique le PDG du groupe Mbakam. En tant que manager, sa devise se résume en trois valeurs : l’honnêteté, l’endurance et le travail. Malgré plusieurs échecs sur son chemin, il a su relever la tête. « Je n’ai pas de complexe. Les gens se sont moqués de moi à un moment donné, mais je savais où j’allais », ajoute-t-il. En ce qui concerne l’honnêteté, il dit ne rien devoir à personne si ce n’est aux banques. L’homme d’affaires aime également à rappeler que les techniques commerciales utilisées par son père qui vendait des pagnes, lui ont été utiles. Que ce soit dans la négociation, l’achalandage des rayons, c’est-à-dire le positionnement de la marchandise de façon à attirer la clientèle ou encore le mariage des couleurs. « Quand vous regardez la bouteille de gaz Green Oil, c’est comme si elle est en train de vous dire de venir l’acheter. La couleur verte a été choisie à dessein », soutient-il. De son point de vue, le chef d’entreprise doit être spontané dans la gestion des problèmes. Quant à son hygiène de vie, il y met un point d’honneur. « Je ne bois pas, ne fume pas et je ne vais pas en boîte de nuit. Mon temps est si précieux pour que je le gâche à autre chose de moins rentable ». Dans son management, l’accent est mis sur le bien-être de son personnel à qui il n’hésite pas à offrir des terrains pour se construire. Ce sont des facteurs d'émulation, fait-il savoir. L'un de ses points fort est la diversification de ses activités grâce à laquelle il trône sur un groupe de quatre entreprises. Pour le recrutement de ses employés, il fait plus la part belle à la compétence qu’au favoritisme. Sur plus de 500 employés, seules deux personnes sont issues de sa famille. Son message à la jeune génération est le suivant: « Il faut croire en soi-même et en notre pays. Il y a trop de richesses au Cameroun. L’Etat est disponible pour nous accompagner ».

Partager cet article

Commentaires

  • avatar
    9months ago

    C'est tellement beau

laisser un commentaire