loader

Adamaoua: le jus de mangue sera produit à Nyambaka

L’usine de transformation à implanter dans cette localité ambitionne de valoriser le potentiel de pr

Les pertes post-récolte enregistrées au cours des campagnes de mangue dans la région de l’Adamaoua pourront bientôt être un lointain souvenir. Le village Mangoli, dans l’arrondissement de Nyambaka, département de la Vina, sera doté, au cours des prochaines années, d’une usine dédiée à la transformation de mangues en jus. Le projet dont la phase de maturation est en cours, est piloté par le ministère de l’Industrie, des Mines et du Développement technologique (Minmidt) dans son volet industriel. Le coût global du projet est de 3,2 milliards de F selon le maire de la commune de Nyambaka, Iya Ibrahima. Le coût du volet industriel s’élève à 1,4 milliard de F. L’initiative a été retenue en 2012 par le ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) dans le cadre du projet d’investissement prioritaire (PIP). L’unité de transformation va fabriquer aussi bien les jus que les concentrés (poudre). Les produits seront écoulés en priorité dans les pays arabes, notamment l’Arabie Saoudite. D’après le directeur de l’Industrie au Minmidt, Bruno Ntakeu, le projet vise à mettre en valeur la mangue dont la production annuelle de la commune de Nyambaka est de 2800 tonnes réparties sur 328 hectares constitués de vergers appartenant aux populations. Il est également question de minimiser les pertes post-récolte qui sont de l’ordre de 40%. Les travaux seront réalisés sur une superficie d’environ six hectares. Outre l’usine de transformation des mangues en jus, il est prévu des infrastructures de stockage et des usines connexes (dédiées au traitement des déchets, à la production de l’air, au poste de transformation, à l’unité de traitement d’eaux usées…). Les retombées indirectes sont tout aussi importantes. Notamment, la création de cinq hectares de verger communautaire de manguiers par village dans les 80 que compte l’arrondissement de Nyambaka. Ainsi qu’un partenariat avec les communes voisines (Djohong, Ngan-Ha, Dir, Ngaoui, Meiganga, Ngaoundéré 1er, 2e et 3e, Belel, Mbe et Martap dans l’Adamaouoa et Garoua- Boulai à l’Est). 3,2 milliards de F Le coût total du projet.  

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...