loader

Ouest: les coûts du transport en hausse

Les agriculteurs payent le prix fort pendant la période de récoltes pour évacuer les produits des ch

En cette période de moissons à l’Ouest (mi-juillet à mi-septembre), c’est en masse que les producteurs évacuent les récoltes des champs vers les villes. « Par le passé, on attendait la saison sèche, lorsque la route est plus praticable pour évacuer nos produits. Mais, maintenant, nous faisons face à des vols et aux denrées qui s’abîment lorsqu’on tarde à les récolter», explique Jacques Mwafeu, agriculteur. Le transport de ces marchandises des bassins de production vers les lieux de vente a un coût, fortement tributaire de l’état de la route et de la distance à parcourir. A Bafoussam, les passagers qui partent du lieu-dit « Carrefour total d’en bas » à destination des zones agricoles de la rive gauche du Noun, ou ceux qui prennent le départ de la gare routière du marché B pour les localités de Gouaya (Bamekombo) et Bamendjo dans l’arrondissement de Mbouda, déboursent habituellement 300 à 400 F pour payer le trajet. Sauf que, depuis quelques jours, ces agriculteurs doivent débourser 600 F pour effectuer le même trajet. Le « client », pour la même distance au retour, débourse 800 F lorsqu’il est « main-vide » (qualificatif que les transporteurs donnent aux passagers qui n’ont pas de bagages). Pour les autres passagers, chaque sac est facturé à 250 F. Blanco Bavoua, chauffeur, impute l’augmentation du tarif à « l’état de la route qui est difficile, les barrières de pluie et les péages à gérer, sans compter les « motorboys (assistants du chauffeur) » qu’il faut bien payer car ce sont eux qui soutiennent ou poussent le véhicule pour le sortir des bourbiers ». Ce dernier précise que le transport des récoltes est saisonnier. D’où l’utilité de faire de bonnes affaires. « Lorsque je prends juste les clients, même s’ils payent chacun 1000 F, la voiture est serrée dès qu’il y a 15 à 20 personnes à bord. Ce qui me donne une recette d’à peine 20 000 F. Alors qu’avec le plein du maïs, je peux récolter en moyenne 35000 à 50 000 F par voyage », ajoute le transporteur.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...