loader

Yves Parfait Manda Ondoua « Le litre d’huile de noix de coco coûte 25 000 F »

Analyse du producteur d’huile de noix de coco à Yaoundé

La consommation de l’huile de noix de coco s’intègre peu à peu dans les habitudes. Quelle lecture faites-vous du marché actuel de cette denrée ? Il faut d’abord relever que le produit est encore méconnu de nombreuses personnes. Cette situation induit un faible flux de la clientèle. Pour inverser la tendance, je suis en train de rédiger un livre qui globalise mes recherches sur l’huile extra-vierge pure de noix de coco. Dans l’optique de mettre en exergue toutes les vertus de cette huile. Ces vertus sont nombreuses, notamment la capacité à reconstruire l’os, à soigner l’arthrose. Je pense qu’une fois que le grand public sera informé de tous ces bienfaits, le marché de l’huile de noix de coco va vraiment décoller au Cameroun. Est-ce à dire que les prix aussi vont flamber ? Pas nécessairement parce que l’huile de noix de coco rapporte assez au producteur. Mais nos recettes pourraient bien augmenter. Déjà, les prix varient selon la contenance. Je vends 31ml à 500 F, 100ml à 1500 F, 125ml à 2500 F, un demi litre à 12500F et un litre à 25 000 F. La production dépend de la provenance des noix de coco. Nous avons les fruits qui viennent par exemple de Kribi ou de la région du Centre. Il faut une vingtaine de noix de coco récoltées en pays Bassa pour obtenir un litre d’huile. J’utilise beaucoup plus les noix en provenance de Guinée équatoriale pour leur forte teneur en huile. Mon business plan prévoit 20 noix de coco pour un litre d’huile. Avec les noix de Guinée Equatoriale, j’en obtiens bien plus. Ce fait s’explique peut-être par la bonne maturation de la noix de coco. Quelles sont vos ambitions sur le marché camerounais ? J’ai fait une étude concernant l’huile de noix de coco pendant deux ans et je suis sur le marché depuis 2015. Je me suis rendu compte que de nombreuses huiles de noix de coco exposées sont des mélanges faits avec de l’huile d’arachide par exemple. Mon objectif premier était de me démarquer des autres en produisant de l’huile extra-vierge de noix de coco. Ce que je fais déjà. Récemment, j’ai noué un partenariat avec une marque de cosmétiques à laquelle je fournis de l’huile de noix de coco. J’envisage également de m’associer à une marque de dentifrice. Dans la même lancée, je suis en train de mener des études en vue de créer une gamme pédiatrique à base d’huile de noix de coco. Cependant, ceux qui connaissent les vertus et les bienfaits de ce produit sont très demandeurs. Pour le volet sensibilisation, je travaille à achever un ouvrage sur les vertus de l’huile de noix de coco afin d’informer un large public.

Partager cet article

Commentaires

  • avatar
    1month ago

    Je suis le producteur qui a fait l'interview ci-dessus. Mon contact est le 654 351 294 et le 691 268 763

  • avatar
    17months ago

    J'ai des boutons aux fesses et j'ai cru entendre que ce produit peur me les enlever

  • avatar
    17months ago

    J'ai des boutons aux fesses et j'ai cru entendre que ce produit peur me les enlever

  • avatar
    17months ago

    S'il vous plaît dans quel marché je peux cela n?

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Où en est le Cameroun dans sa lutte contre la pauvreté et les inégalités à l’aube du septennat des grandes opportunités ? La publication par le Fonds monétaire international (FMI) du Rapport pays n°18/256 en octobre dernier tente d’apporter des éléments de réponse aux problèmes de pauvreté et d’inégalités. A la lecture, le document fourmille de données et informations édifiantes. Les experts de l’institution financière internationale font parler les chiffres, mettent en relief des données à travers des...


The Partnership Agreement falls within the frame...


Le coordonnateur national du Programme de promotion de l’entreprenariat agropastoral des jeunes (PEA-Jeunes), Alfred Bela Tomo, vient de publier un communiqué dans lequel il invite les jeunes désireux d’investir dans le secteur agropastoral à être vigilants face à toute forme d’arnaque. Il note la circulation sur les réseaux sociaux d’un document qui appelle ces derniers à s’inscrire jusqu’à la fin du mois de novembre pour bénéficier d’un financement de 300 000 F. Il n’en est rien. Alfred Bela Tomo prie tout jeune évoluant dans un bassin ...