loader

Yves Parfait Manda Ondoua « Le litre d’huile de noix de coco coûte 25 000 F »

Analyse du producteur d’huile de noix de coco à Yaoundé

La consommation de l’huile de noix de coco s’intègre peu à peu dans les habitudes. Quelle lecture faites-vous du marché actuel de cette denrée ? Il faut d’abord relever que le produit est encore méconnu de nombreuses personnes. Cette situation induit un faible flux de la clientèle. Pour inverser la tendance, je suis en train de rédiger un livre qui globalise mes recherches sur l’huile extra-vierge pure de noix de coco. Dans l’optique de mettre en exergue toutes les vertus de cette huile. Ces vertus sont nombreuses, notamment la capacité à reconstruire l’os, à soigner l’arthrose. Je pense qu’une fois que le grand public sera informé de tous ces bienfaits, le marché de l’huile de noix de coco va vraiment décoller au Cameroun. Est-ce à dire que les prix aussi vont flamber ? Pas nécessairement parce que l’huile de noix de coco rapporte assez au producteur. Mais nos recettes pourraient bien augmenter. Déjà, les prix varient selon la contenance. Je vends 31ml à 500 F, 100ml à 1500 F, 125ml à 2500 F, un demi litre à 12500F et un litre à 25 000 F. La production dépend de la provenance des noix de coco. Nous avons les fruits qui viennent par exemple de Kribi ou de la région du Centre. Il faut une vingtaine de noix de coco récoltées en pays Bassa pour obtenir un litre d’huile. J’utilise beaucoup plus les noix en provenance de Guinée équatoriale pour leur forte teneur en huile. Mon business plan prévoit 20 noix de coco pour un litre d’huile. Avec les noix de Guinée Equatoriale, j’en obtiens bien plus. Ce fait s’explique peut-être par la bonne maturation de la noix de coco. Quelles sont vos ambitions sur le marché camerounais ? J’ai fait une étude concernant l’huile de noix de coco pendant deux ans et je suis sur le marché depuis 2015. Je me suis rendu compte que de nombreuses huiles de noix de coco exposées sont des mélanges faits avec de l’huile d’arachide par exemple. Mon objectif premier était de me démarquer des autres en produisant de l’huile extra-vierge de noix de coco. Ce que je fais déjà. Récemment, j’ai noué un partenariat avec une marque de cosmétiques à laquelle je fournis de l’huile de noix de coco. J’envisage également de m’associer à une marque de dentifrice. Dans la même lancée, je suis en train de mener des études en vue de créer une gamme pédiatrique à base d’huile de noix de coco. Cependant, ceux qui connaissent les vertus et les bienfaits de ce produit sont très demandeurs. Pour le volet sensibilisation, je travaille à achever un ouvrage sur les vertus de l’huile de noix de coco afin d’informer un large public.

Partager cet article

Commentaires

  • avatar
    21d ago

    Je suis le producteur qui a fait l'interview ci-dessus. Mon contact est le 654 351 294 et le 691 268 763

  • avatar
    16months ago

    J'ai des boutons aux fesses et j'ai cru entendre que ce produit peur me les enlever

  • avatar
    16months ago

    J'ai des boutons aux fesses et j'ai cru entendre que ce produit peur me les enlever

  • avatar
    16months ago

    S'il vous plaît dans quel marché je peux cela n?

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...