loader

Garoua: une inflation maîtrisée

Le niveau des loyers a augmenté sans pour autant devenir rédhibitoire pour les bourses moyennes

L’époque des grandes villas, mise en location pour une somme modique, est bel et bien révolue à Garoua. Dès la fin des années 2000, une tendance inflationniste a commencé à s’observer, dopé d’une part par une démographie grandissante du fait de l’activité professionnelle croissante, et d’autre part du niveau de confort des constructions qui s’est amélioré. Les studios traditionnels, les plus abordables sur le marché, sont de plus en plus rares. Pour l’accès à un appartement moderne, il faut désormais compter à partir de 30.000 F, contre 20 il y a dix ans. Des villas dont les plafonds étaient entre 80 et 100.000 Fcfa, se louent désormais de 150 à 250.000 Fcfa dans les quartiers huppés comme le plateau. Seul l’arrondissement de Garoua III (Bocklé), moins pourvu en services sociaux de base, garde des loyers modérés, avec des maisons accessibles entre 10.000 et 50.000 F. Du côté des propriétaires, on fait toutefois observer que malgré cette hausse observée, à niveau de confort égal, les loyers à Garoua restent un cran en dessous de villes comme Yaoundé, Douala, Bafoussam ou même Buea et Limbé. Logement Quartier défavorisé Quartier moyen Quartier huppé Studio simple 10.000 20.000 35.000 Studio moderne 20.000 30.000 45.000 Appartement deux chambres 25.000 45.000 60/70.000 Maison (3 chambres et plus) 35.000 60.000 80 /90.000 Villa 60.000 90.000 150.000 en montant

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...