loader

Ngaoundéré: un studio à 45 000 F

La hausse des prix des loyers est due à l’arrivée massive des déplacés internes et à l’exode rural

La population de la ville de Ngaoundéré augmente considérablement. En témoignant l’arrivée massive des déplacés internes en provenance de l’Extrême-Nord et l’exode rural. Ce flux migratoire a une incidence sur le logement. En effet, trouver un logement dans la ville de Ngaoundéré est loin d’être une partie de plaisir. Outre la rareté des habitations en location, les populations sont confrontées à la cherté des prix. Pour s’offrir un appartement haut standing dans la ville de Ngaoundéré, le locataire est obligé de débourser une somme de 300 000 F par mois dans les quartiers comme Haut Plateau, Baladji ou encore le Centre commercial. Cependant, une chambre dans le centre urbain coûte 20 000 F et le prix d’un studio varie entre 30 000 F et 55 000 F. Par contre, dans les zones périphériques, à l’instar de Gada Mabanga, Mbidjoro, Burkina et Marza, les prix semblent abordables. Seulement, dans ces coins reculés, l’offre est inférieure à la demande. Et, le confort n’est pas toujours au rendez-vous. Les chambres s’arrachent à partir de 10 000 F. Les studios coûtent en moyenne 15 000 F. Les plus « confortables » coûtent 45 000 F. Alors que les locataires se plaignent des prix exorbitants des loyers, les propriétaires des maisons évoquent les coûts élevés des matériaux de construction et la taxe foncière. Logement Quartier défavorisé Quartier moyen Quartier huppé Studio simple 15.000 35.000 50.000 Studio moderne 25.000 45.000 65.000 Appartement deux chambres 35.000 50.000 70.000 Maison (3 chambres et plus) 50.000 65.000 90.000 Villa 70.000 95.000 100.000 et au-delà avec caution    

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...