loader

Business maker: David Manfouo un globe-trotter

Parti de rien, ce patron d’entreprises a su s’imposer dans le monde des affaires grâce à sa clairvoy

A l’observation de son brillant cursus scolaire, rien ne prédisposait David Manfouo à devenir un puissant homme d’affaires, présent dans plusieurs secteurs économiques. Fils de modestes agriculteurs, le natif de Bangang, un groupement situé dans l’arrondissement de Batcham, département des Bamboutos, région de l’Ouest, fait ses classes dans son village. Tout d’abord à l’école catholique St Jacques de Bangang, puis à l’école catholique St Thomas de Bafou avant de se rendre au lycée de Dschang, département de la Menoua, où il décroche son Baccalauréat en 1980. La suite, c’est l’université de Yaoundé où il obtient une licence, puis une maîtrise en sciences économiques en 1985 avant de réussir avec panache le concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM). Il sort inspecteur des régies financières en 1987. Passionné par les affaires, ce globe-trotter né en 1962 n’hésite pas, contre toute attente, à délaisser la Fonction publique en 1988 pour se lancer dans les affaires. Un risque. Mais un risque osé pour celui qui a toujours voulu laisser une empreinte sur terre, notamment sur le plan social, et qui, dès l’âge de huit ans, vendait déjà de vieux livres au « poteau ». Il se lance alors dans l’agriculture et crée sa première plantation à Missole, à 33 km de Douala sur l’axe lourd Douala-Yaoundé dans la région du Littoral. « J’ai développé la culture du palmier à huile et d’autres spéculations. En élevage, j’ai lancé les porcs, les bovins… » Mais c’est surtout dans le domaine du pressing qu’il se distingue avec la création « d’Elegance Pressing ». Cette trouvaille colle parfaitement à l’homme. David Manfouo est en effet un homme élégant, un gentleman dont la gent féminine raffole. Il sait se mettre. Généralement souriant, sa bonne maîtrise des sujets, sa courtoisie, sa démarche, son intelligence et son franc parler ont tout pour convaincre rapidement de l’homme avisé qu’il est. Touche à tout, il étend ses activités plus tard dans la boucherie, la charcuterie, la restauration, la blanchisserie, la micro finance et enfin, l’activité hôtelière. En 2004, le président de la République, Paul Biya, lors de la clôture de sa tournée de campagne présidentielle, échange pendant 45 minutes avec les opérateurs économiques du Cameroun et leur vante les atouts du tourisme comme secteur potentiel et voie salutaire pour développer le pays. David Manfouo a suivi et décide d’investir dans ce secteur. En 2006, à la suite d’une visite spéciale de Clobert Tchatat, alors ministre de l’Agriculture et du Développement rural dans ses plantations, David Manfouo reçoit la distinction honorifique d’élite agricole de l’année. Un livre lui est consacré. Ses fermes sont visitées par de nombreux étudiants qui s’en inspirent pour outiller leur pratique agropastorale. « Aujourd’hui, je crois que 40% de ces sommités qui avaient visité notre ferme se sont lancé corps et âme dans l’agriculture et l’élevage. Nous sommes en train de développer également la pisciculture qui est un domaine nouveau, mais très fascinant, qui participe de l’agro-tourisme », précise le chef d’entreprise. Le visiteur qui se rend dans l’une des structures hôtelières qu’il a créées, pourra notamment consommer du poisson braisé, élevé dans des étangs piscicoles. Jamais à court d’initiatives et toujours attentif à l’environnement économique national, David Manfouo a écouté l’appel des pouvoirs publics et est en train de construire deux grandes structures hôtelières à Douala (trois et quatre étoiles à Bonabéri et Bonapriso) disposant d’une piscine semi-olympique qui vont renforcer la capacité d’accueil du Cameroun dans ce secteur pour recevoir les différentes délégations lors de la Can 2019. Le natif de Bangang est aussi un homme politique qui « recherche d’abord le bien de ses concitoyens ». Sa maxime : « Il n’y a aucune satisfaction à être heureux tout seul. » Depuis 2007 qu’il siège au parlement, il a déjà investi plus d’un demi-milliard de F dans le social et n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. «Quand vous investissez dans le social, l’intérêt général, le Très-Haut vous le retourne au centuple. » L’homme d’affaires a développé également des activités économiques dans la sous-région Afrique centrale Visionnaire et entreprenant L’homme d’affaires a toujours une longueur d’avance dans ses initiatives parce qu’il se projette sans cesse. 1988. David Manfouo, alors fraichement sorti de l’Enam, lance une ferme dénommée « Ferme Mada » dont une partie se trouve sur les flancs du Mont Bamboutos, et l’autre à Missole, à 33 km de Douala sur l’axe lourd Douala-Yaoundé. Cette ferme est un ranch qui s’étale sur une superficie de près de 250 hectares, exploitée à plus de 80%. Elle comporte des activités principales autour desquelles se greffent d’autres activités dites secondaires dont une palmeraie, une huilerie, une ananeraie, la pisciculture, un élevage de boeufs, de porcs, de poulets de chair et de pondeuses. A cette époque, ce village est presqu’inconnu du grand public. Autre fait marquant. 1990. L’homme d’affaires lance la première agence d’Elegance Pressing Sarl à Douala Bonanjo. La création de cette structure vient du constat selon lequel les Camerounais dépensent beaucoup d’argent pour envoyer leurs vêtements à l’étranger pour nettoyage. Non seulement, c’est onéreux, mais aussi pénible. David Manfouo décide donc d’apporter une solution à cette recherche effrénée du bien-être par la propreté vestimentaire dans les firmes étrangères. La mission d’Elégance pressing est de promouvoir le bien-être par la propreté du vestimentaire et de la lingerie. Aujourd’hui, l’entreprise est présente dans les autres pays d’Afrique centrale (Tchad, Guinée équatoriale, Congo, Gabon, etc.) Les créations en mai 2004 de Belavie Sarl (grande chaîne de restauration qui regroupe salons de thé, boulangeries, pâtisseries, charcuteries, superettes, salles de fêtes et aujourd’hui hôtellerie) et la Nouvelle financière africaine (Nofia) en 2009 rentrent toujours dans le cadre de cette vision qui conduit sans cesse l’homme d’affaires dans ses activités. On peut également citer les deux grands hôtels en construction à Douala avec une piscine semi- olympique qui vont accroître les capacités d’accueil du Cameroun lors de la CAN 2019. Tout cela démontre que David Manfouo réfléchit sans cesse pour dénicher à chaque fois des secteurs porteurs dans lesquels investir. Certains pourraient parler de flair ou d’opportunisme, mais c’est aussi cela qui guide la carrière d’un homme d’affaires « Il sait partager » Philippe Gavinet Yonta Meli, partenaire en affaires « Le député David Manfouo est un homme singulier aux actions plurielles. C’est un leader omniprésent, disponible, infatigable et généreux au-delà de toutes limites. Il sait partager. Il est de ceux-là qui sont conscients qu’il y a de la honte à être heureux tout seul. Je l’ai connu dans les années 80. C’est l’ami de mon frère aîné. C’est la première personne à m’offrir 500 F dans ma vie. J’avais 12 ans. Comme moi, beaucoup d’autres jeunes de mon âge ont reçu son coup de pouce alors qu’il était encore jeune étudiant lui-même. Il était déjà généreux dans sa jeunesse et toujours élégant. A Douala, il a accueilli et soutenu beaucoup de jeunes. C’est un homme au grand coeur, magnanime, voué d’amour pour sa nation, pour son peuple. A travers ses multiples structures, il accompagne le gouvernement dans la lutte contre le chômage. Pour soutenir et encourager les élèves à l’excellence scolaire, il organise chaque année une cérémonie pour primer les meilleurs élèves. Ses oeuvres sont nombreuses dans le social. Il vole spontanément au secours des populations nécessiteuses et aide ceux qui veulent se lancer dans les affaires. Il a un principe de vie et d’action qu’il aime enseigner aux autres en ces termes: « dans la vie, il faut autant que faire se peut, faire du bien, et quand l’on ne le peut pas, il faut soigneusement éviter de faire du mal ». C’est un homme d’affaires avisé qui sait où il va à chaque fois. » « C’est un acteur du développement » Maurice Djiomague, ami. « C’est un acteur du développement et un grand humaniste qui oeuvre inlassablement pour le bien-être des populations et l’épanouissement des jeunes. Sa fortune est avant tout au service de l’humain qui constitue sa plus grande richesse. Partout où les hommes et les femmes se rassemblent, l’honorable David Manfouo est toujours à leurs côtés pour offrir son soutien, des dons en nature et en espèces. Dès lors que le besoin de construire une paroisse, un foyer, un point d’eau potable, une salle de classe, un centre de santé et toute autre oeuvre sociale est manifesté, c’est toujours avec spontanéité qu’il apporte sa contribution à l’ouvrage. Il n’attend pas souvent que ces projets soient initiés par d’autres. Ainsi, dès qu’il constate le besoin, il anticipe et met en oeuvre des projets de développement. La jeunesse scolaire et estudiantine est toujours en première ligne de ses actions. Ses énormes qualités d’amitié, de paix et de rassemblement ont amené tous les 16 chefs traditionnels des Bamboutos à lui attribuer le titre de « Fouo So Me Fouo » qui signifie chef, ami de leurs majestés chefs traditionnels. Avec sa foi inébranlable en Dieu, il travaille énormément pour l’avancement de l’oeuvre de Christ et reste par conséquent très proche du clergé catholique et protestant. »      

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire