loader

Les raisons de la chute des prix

Minerais, matières premières agricoles ou industrielles la baisse est très perceptible. Le cours du pétrole après l’effondrement de 2014, connaît, à nouveau, une chute entre mai et juin : de 53, 90 dollar (31 799 F) à 44,78 dollar (26 299 F), soit –17,01%. Malgré une production mondiale estimée à 96 millions de barils/ jour et la consommation de 100 millions de barils/jour. Le cacao est parti de 3 000 dollar (1 761 905 F) la tonne à 1 823 dollar (1 070 650 F), soit -39,2%. Le gaz -14,42%, le coton -11,57%, le fer -12,45%, le zinc -0,116% pour ne citer que ces exemples. La dégringolade ne saurait être simplement attribuée à l’accroissement de l’offre ou le rétrécissement de la demande, phénomène directement rattaché au marché. Mais, le ralentissement de la croissance chinoise et le changement de modèle économique de ce pays grand consommateur, la baisse de la croissance mondiale et américaine constituent bien des raisons à cette situation. Du coup, ce sont les pays développés non producteurs qui s’en tirent à bon compte et les pays producteurs en quête d’émergence en pâtissent. A l’instar du Cameroun dont certains projets importants pourraient s’en trouver retardés comme l’exploitation des minerais de fer, de Nikel, de bauxite ou de manganèse, sauf à espérer la résilience des investisseurs. Cependant, tout n’est pas noir. La solution demeure dans la transformation locale qui permettra de voir passer le choc.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...