loader

Extrême-nord

Le poisson de « Maga » se vend bien

L e lac de Maga, dans le MayoDanay, à lui seul, peut produire  en moyenne 600 tonnes de  poisson frais par an à raison  de 600 000 F la tonne. Dans le bassin  du lac Tchad, le Logone  et Chari, lui, livre environ  32 000 tonnes par an à  raison de 1.200.000 F la  tonne, toutes espèces  confondues. En effet, le  lac de retenue d’eau de  Maga, 405 km2 compte  63 variétés, tandis que  le bassin du lac Tchad en  comprend 183. Ce sontlà les deux grands pôles  de production de cette  denrée à l’Extrême-Nord. Sur le marché, la denrée est très prisée. Pour  la  rendre  disponible,  à  Maga  par  exemple, 5000 pêcheurs se déploient  autant dans le lac de Maga que dans  le  fleuve  Logone  de  novembre  à  juin, car c’est la période où la pêche  est autorisée. De juillet à octobre,  c’est le repos biologique. Arouapaye Afondadaye, homme d’affaires et  président des pêcheurs, exerce cette  activité depuis la création, en 1978,  du lac artificiel de retenue d’eau de  Maga. En termes de revenus, le sexagénaire ne se plaint pas : « Je peux  encaisser des millions, car j’ai à ma  disposition plusieurs pirogues et des  dizaines de pêcheurs »,  se vante-t-il. Le circuit  de commercialisation  est encore informel,  mais bien huilé. Les  marchés de Pouss et  Maga  exportent  en  moyenne 10 camions  de 7 tonnes de poisson  fumé et séché, d’une  valeur de 3 à 5 millions  de F par camion. Les  débouchés  sont  les  villes du Cameroun, mais aussi le  Tchad, le Nigeria, le Niger, le Mali…  Pour ce qui est du poisson frais, le  président des pêcheurs indique que  « quotidiennement, c’est 3 à 4 pickups d’une valeur de 700 000 à 1,2  million de F chacun qui partent de  Maga pour alimenter le circuit de  la commercialisation », dit-il.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...