loader

Muna Mboa

Une poupée ashanti camerounaise

Il existe un potentiel commercial dans le phénomène de retour aux valeurs de l’Afrique d’avant les contacts avec d’autres civilisations et les défaites subséquentes. Nubia Kemita, a emprunté à l’égyptien ancien une dé- clinaison du terme Kemet, tel que s’auto-désignait le pays des pharaons il y a cinq mille ans. Une référence extraordinaire qui peut être fructifiée à travers des produits culturels et ludiques comme les poupées que fabrique sous cette marque la Pme Muna Mboa, active depuis 2015. Même si les promoteurs de Nubia Kemita ne se présentent pas comme d’ordinaires entrepreneurs à la recherche de gains. Nous avons pensé, déclare Albert Ndjeng Bikim, « à trouver des divertissements propres à notre personnalité d’Africains. Nous faisons de notre slogan une réalité au-delà de la publicité : Nubia, c’est la poupée qui nous ressemble. » L’expérience camerounaise de cette poupée habillée avec des tissus imprimés part d’une discussion entre deux jeunes expatriés en Occident, Manuella Njomkam et Albert Ndjeng Bikim. Avec des fonds personnels, ils créent l’entreprise à partir de la France, s’adressent aux Africains en Europe, avant d’en installer une filiale locale il y a deux ans, dans leur pays d’origine. Si les deux insistent sur l’aspect marketing des cultures africaines, il apparaît néanmoins derrière les premiers chiffres de leur établissement au Cameroun que le business mord les petites consommatrices, prescripteurs d’achats à leurs parents. La production des Nubia Kemita tourne autour de 8000 poupées par an. Des collections à thème (cultures et langues, création de richesse, etc.) alimentent un marché dont la matière première se trouve dans le savoir-concevoir des créateurs de modèles. Cela se passe ici, au Cameroun, comme les choix des tenues. La poupée est vendue 18 000 F l’unité dans un réseau de distribution qui comprend aussi bien les espaces spécialisés que le Net en attendant les grandes surfaces. « En Europe, elle coûte 35 euros… Nous la vendons moins cher ici pour des raisons évidentes : notre public est sur le continent et c’est en la faisant connaître davantage localement que la marque grandira », commente Ndjeng Bikim. Un pari qui devrait s’évaluer au cours des prochaines années, quand Muna Mboa sera principalement (de la conception à la distribution en passant par la fabrication) installée au Cameroun.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles à lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...