loader

Activité touristique

Une plage nouvelle pour les loisirs

usqu’à une époque récente, les activités de tourisme et de loisirs au Cameroun étaient régies par un seul texte : la loi N° 98/006 du 14 avril 1998 relative à l’activité touristique. L’article 3 considérait en son alinéa 4 comme établissement de tourisme « un établissement créé par une personne physique ou morale en vue de fournir au public des prestations d’hébergement, de restauration, de loisirs ou de détente». La loi N° 2016/006 du 18 avril 2016 régissant l’activité touristique et de loisirs au Cameroun ajoute désormais dans l’article 3 nouveau une définition expressément dédiée aux loisirs. Il s’agit des établissements de loisirs, considé- rées comme toutes structures commerciales « offrant au public des prestations de loisirs, notamment de la musique, des attractions et des activités récréatives diverses. Il peut y être procédé à la vente de repas légers et de boissons ». Ces établissements sont soit autonomes, soit intégrés dans un hôtel ou dans un complexe de loisirs». Pour le Dr Marie-Colette Kamwe Mouaffo, enseignante de droit privé à l’université de Ngaoundéré, cette définition consacre l’autonomie de l’activité de loisirs par rapport à celle du tourisme. «C’est là le cœur de la révolution portée par la loi de 2016. Il convient d’y voir une évolution réaliste, notamment au regard du poids de l’industrie des loisirs aujourd’hui. L’ancienne loi n’ignorait pas totalement les loisirs, mais cette activité sociale s’était retrouvée entièrement placée sous le seul prisme du tourisme, comme réservée à ses seuls acteurs», indique l’enseignante. En outre, la réforme intervenue le 18 avril 2016 promeut le « loisir pour tous » à travers l’article 27, qui dispose que «des mesures d’encouragement spécifiques feront l’objet d’un texte particulier, notamment dans les domaines fiscal, douanier, foncier ou domanial, dans le cadre de la loi de finances ou des lois particulières, afin de promouvoir les investissements touristiques ou de loisirs, de rendre le produit touristique national plus compétitif et développer le loisir pour tous». Ce qui, d’après l’universitaire, va activer un nouveau créneau d’investissement en vue de l’émergence d’une véritable économie des loisirs au Cameroun.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire