loader

Est

L’apport des douanes dans la sécurisation des frontières

L a journée africaine des  frontières célébrée pour  la première fois par le Cameroun, le 7 juin dernier  sur le thème : « La frontière,  espace du développement »,  a connu une résonnance singulière dans la région de l’Est. En  effet, le Cameroun partage près  de 4 591 km de frontières avec  ses voisins. La région de l’Est,  qui partage ses frontières avec  la RCA et le Congo, se taille la  part du lion avec une longueur  estimée à près de 1000 km. Le  Cameroun réalise des transactions commerciales importantes  avec ces deux pays frères. La  République centrafricaine, par  exemple, n’a pas de façade  maritime. Du coup, le Cameroun  est un passage obligé. Il faut  dès lors veiller à la sécurisation  et à la gestion intégrée de ces  espaces d’intérêt commun. D’où  l’implication des éléments des  douanes, pour un trafic transfrontalier sain. C’est que, selon Célestin Bidjé,  chef de secteur des douanes de  l’Est, le déploiement de cette  administration est multidimensionnel. « Notre position privilégiée de contrôleur de marchandises nous permet de saisir, de temps en temps, des produits  de contrefaçons (minutions,  médicaments illicites, pointes  d’ivoire, etc) qui constituent  des menaces réelles à toutes  formes de sécurité », explique  notre source. Les frontières  doivent  effectivement  servir  d’espaces de développement,  de commerce, d’échanges, de  brassage. Elles ne doivent pas  devenir le terreau de l’insécurité. «Sur le terrain, l’effectif à  notre disposition travaille d’arrache-pied, pour s’acquitter de  nos missions, malgré l’insuffisance de moyens logistiques»,  précise Célestin Bidjé.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire