loader

PĂ©trole brut

Les traders à l’affût des bénéfices

L’analyse de la production pétrolière révèle qu’un en- semble de produits sont is- sus du baril brut. Un baril de pétrole équivaut à 159 litres de produits finis composés ainsi qu’il suit: essence, carburant distillé, carburéacteur, coke, fuel résiduel, gaz de raffinage liquéfié, gaz de distillation, asphalte et bitume, charges pétrolochimiques, lubrifiants, kérosène et autres graisses. Le pétrole, en tant que ma- tière première s’échange principalement selon deux modes. En spot, les tran- sactions s’effectuent sur un marché boursier réel. Sur ce type de marché, on échange des quantités de pétrole qui existent déjà physiquement, pour répondre à des demandes immédiates au quotidien. Ici, les traders tentent de réaliser des bénéfices en revendant leur pétrole au plus offrant et en achetant des cargaisons à bas prix pour les revendre aussitôt à un prix plus élevé. Sur les marchés à terme, les traders achètent du brut pour alimenter les raffineries des compagnies pétrolières. Entre l’arrivée d’une cargaison de brut à la raffinerie et sa revente sous forme de produits finis, il s’écoule des mois pendant lesquels le cours du brut est susceptible de varier, avec un impact sur le prix de revente des produits finis.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire

Autres articles Ă  lire ...


Après les travaux préliminaires débutés e...


Le 30 octobre dernier à Yaoundé, les experts de la douane de l’Afrique centrale et de l’Ouest se sont séparés après deux jours d’échanges et de réflexions sur l’avenir de ce secteur névralgique, à l’aube de la création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC). L’élaboration des premiers contours du plan stratégique triennal 2019-2022 en vue de faciliter les échanges en est la principale résolution. L’option de la mutualisation des forces, à travers entre autres, l’harmonisation des régimes douaniers et la nu...


La Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat du Cameroun (CCIMA) tire la sonnette d’alarme. Le chiffre d’affaires des promoteurs des PME de la place est en baisse selon une récente étude réalisée en mars et avril derniers, disponible sur son site Internet. Sur un échantillon de 241 PME, 44,59% des chefs d’entreprises consultés dans le cadre de l’enquête baromètre 2018 reconnaissent une baisse de chiffre d’affaires en 2017.

L’enquête révèle en outre que les artisans ont été les plus affectés (65%) du fait des condition...