loader

Positionnement du produit: La plus-value du code-barres

A la base de la traçabilité des produits à travers le monde, ce code informatique ouvre une fenêtre d’opportunités pour les PME locales.

Réussir à placer ses produits à l’international, c’est le rêve que caressent de nombreux entrepreneurs de la place. Plus encore ces derniers temps, où la vulgarisation du Made in Cameroon passe par le respect d’un certain nombre de critères qui font intervenir la traçabilité et les exigences de qualité. Pour Fabris Ekeu, spécialiste en référencements produits, « le code-barres est un bien à plusieurs niveaux. Il faut y penser avant même de mettre ses produits sur le marché ». Et d’ajouter qu’« en réponse aux difficultés rencontrées par les TPE, l’Agence de promotion des petites et moyennes entreprises (APME), avec l’aide de ses différents partenaires, a apporté quelques réponses avec l’achat de normes et de codes-barres, la réalisation d’analyses et d’essais de laboratoire sur certains produits, la subvention de kits de contrôle qualité et de kits d’emballage et la mise en place d’un soutien à la visibilité commerciale et diverses formations ». Le spécialiste explique par ailleurs que cette technologie permet de mettre de nouveaux produits sur le marché. De même, elle assure la transparence de la marque auprès des consommateurs, tout comme elle ouvre une fenêtre sur le monde pour partager le contenu des produits en temps réel avec les partenaires commerciaux. L’autre bénéfice porte sur la réduction du temps, du coût de gestion des données, l’élimination de processus manuels et la réduction des erreurs, favorisant ainsi une meilleure qualité du produit. L’organisme mondial GS1 (Global Standards 1) actif dans le domaine de la normalisation des méthodes de codage utilisés dans la chaîne de logistique veille à la nomenclature, tout en sécurisant les données des utilisateurs des code-barres. Quid des coûts ? Pour les entreprises qui sont du régime de l’impôt libératoire par exemple, 10 code-barres coûtent 20 000 F. Ce qui revient à 2000 F le code-barres par an. Depuis quelques années, l’APME met un point d’honneur à accompagner les entrepreneurs locaux dans la traçabilité produit via le programme Cameroon Food Packaging and quality (CamPack-Q). Il est question de contribuer à l’amélioration de l’identité visuelle des produits grâce aux opérations de packaging et de design. Ainsi que l’amélioration de la qualité des produits grâce aux opérations démarche qualité-traçabilité ; le soutien de la visibilité marketing et commerciale des produits sur le marché. La stimulation de l’émergence et du développement d’une industrie locale d’emballages et de conditionnement bien structurée et compétitive. Ces démarches ne suffisent pas, relèvent les experts du commerce électronique. Pour Grégoire Obama, spécialiste du commerce en ligne, « la présence des produits de l’industrie agroalimentaire camerounaise sur les marchés constitue, à l’ère de la mondialisation des économies, l’une des principales clés de la réduction du déficit de la balance commerciale ». Mais, comment aller à l’assaut d’un marché vaste et compétitif sans les armes nécessaires ? Au vu de l’écosystème entrepreneurial local, l’on observe pourtant un certain dynamisme qui n’est pas bien capitalisé dans les espaces marchands.

Partager cet article

Commentaires

    List is empty.

laisser un commentaire